Aventures

Si l'on trouve dans la plupart de ces Aventures des histoires qui racontent comment un couple ne se rencontre pas, c'est que, semble-t-il, pour l'auteur, résident dans cette absence de rencontre non seulement une raison de désespérer, mais surtout un élément fondamental - sinon l'essence même - du rapport amoureux.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Le Dit du Tianyi

Lors d'un voyage en Chine, l'auteur retrouve le peintre Tianyi qui lui remet ses confessions écrites. L'homme a vécu les années 30 et 40 dans une Chine en plein bouleversement, où l'héritage culturel gardait pourtant sa force et sa diversité colorée. Il a ensuite passé plusieurs années en Europe, durant lesquelles il a connu la misère mais aussi découvert une autre vision de l'art et de la vie. À son retour dans son pays soumis aux soubresauts révolutionnaires, il y recherche les deux êtres qui lui sont le plus chers : Yumei, l'amante, et Haolang, l'ami fraternel, qui l'avaient tant marqué. Dès lors, il sera pris, sans pouvoir y échapper, dans un enchaînement de drames atteignant des dimensions insoupçonnées.

François Cheng, écrivain, poète, traducteur et auteur d'essais sur l'art et la poésie, nous donne là un texte d'une sensibilité peu commune. Échappant à toute loi de genre, Le Dit de Tianyi est à la fois un roman d'apprentissage, un témoignage personnel avec l'histoire pour toile de fond et une vision singulière de l'Occident dans les années 50 - notamment de Paris, lieu d'expérience exceptionnelle. C'est aussi le récit d'une quête proprement spirituelle, qui interroge avec passion le mystère du destin. Une oeuvre généreuse, au confluent des cultures chinoise et occidentale.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

L'Éternité n'est pas de trop

François Cheng est né en 1929 dans la province de Shandong, non loin du yang Tsé et des brumez du Mont Lu. Il vit en France depuis 1949. Universitaire, poète, calligraphe, traducteur en chinois de Baudelaire, Rimbaud, René Char, des surréalistes etc., auteur d'essais remarquable sur la poésie et l'art de la Chine, il a reçu en 1998 le prix Fémina pour son premier roman Le dit de Tianyi publié par Albin Michel et le prix André Malraux du livre d'art pour Shitao : la saveur du monde (Phébus). Une passion amoureuse à la fin de la dynastie Ming (XVIIe siècle). Dao-Sheng vit dans un monastère en pleine montagne, à la fois médecin et devin, il oscille entre bouddhisme et taoïsme, retenu de tout engagement définitif par un secret vieux de tente ans : son amour toujours vivace pour une fille juste entraperçue alors qu'il avait 20 ans. Aussi décide-t-il de mettre fin à cette obsession en descendant dans la plaine pour tenter d'y rencontrer celle qu'il a aimée. Et la rencontre a lieu, la passion est partagée même si épreuves et obstacles attendent les amants. Dans L'éternité n'est pas de trop l'amour est vécu comme absolu. Il est le seul porteur du dépassement de soi, il permet de pénétrer le mystère de l'univers et d'accéder au sentiment d'éternité. dans une Chine en pleine mutation qui s'ouvre aux autres civilisations il est aussi le lien qui permet le dialogue et l'ouverture à l'autre. Une vision hautement exigeante et spirituelle des rapports amoureux où l'intensité, la ferveur, le dépouillement et l'engagement sont les clefs de toute métamorphose. Un roman d'une rare puissance, intense et envoûtant qui peut toucher tous les publics.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Ainsi parlait Zarathoustra

Ainsi parlait Zarathoustra est une œuvre philosophique magistrale. Elle a bouleversé la pensée de l'Occident. «Nietzsche démolit, il sape,» disait Gide. Il remet définitivement l'homme en question. Poète-prophète, Zarathoustra se retire dans la montagne et revient parmi les hommes pour leur parler. Sa leçon essentielle : «Vouloir libère.» Son leitmotiv : rejeter ce qui n'est pas voulu, conquis comme tel, tout ce qui est subi. C'est le sens du fameux : « Deviens celui que tu es. » La vertu est souvent le droit du plus faible, elle paralyse tout, désir, création et joie. Le surhomme nietzschéen est celui qui a la plus grande diversité d'instincts qui s'opposent puissamment mais qu'il maîtrise. La pensée de Nietzsche est un défi permanent. Elle échappe à tout système politique. La ferveur de sa poésie, sa vigoureuse drôlerie ont donné à Nietzsche une célébrité universelle. 

Pour acheter le  livre :
En Europe: Amazon.fr
Au Canada:  Amazon.ca

Philosophe et poète, Nietzsche pouvait-il se douter qu'il serait à ce point citer après sa mort lui qui a été peu reconnu de son vivant et dont les dix dernières années de sa vie se sont terminées dans la démence ?

En tant qu'artiste, il y a de belles inspirations à puiser dans l'œuvre de Nietzsche dont cette célèbre citation : 

« Il faut du chaos en soi pour faire naître une étoile qui danse. »  

Lorsqu'il reçoit son Prix Nobel, le célèbre mathématicien John F. Nash se réjouit de sa schizophrénie qui l'a rendue célèbre.  il écrit : « Ne croyez surtout pas que le fait d'être revenu dans un état normal représente une joie comme si on avait échappé à un handicap. Sans sa folie, Zarathoustra aurait été un homme parmi des millions voire des milliards d'individus qui ont vécu et ensuite ont été oubliés ».

Lire le post sur le Dr John Nash, Entre la folie et la raison.

Pour moi, qui organise des séminaires déambulatoires, je suis entièrement d'accord avec sa conception d'un déséquilibre systématiquement rattrapé. Les pensées élaborées pendant la marche sont des idées nouvelles qui donnent à réfléchir, obligent à chercher un sens nouveau, ce qui amène à être en « déséquilibre » par rapport aux idées reçues. On se met en danger par le doute, puis on trouve quelque chose, on se rattrape et on avance…

Dans une de ses conférences sur la marche, le Pierre Péju dit : « Nietzsche a même théorisé le « penser-marcher », par exemple dans « Le voyageur et son ombre ». L’errant ne s’attache à rien et son désir de mouvement, sa « bougeotte » est absolue.
La philosophie de Nietzsche sera en permanence en lien avec les paysages traversés.

En Suisse  : en traversant les vallées d’altitude, austères et nues où il marche seul, il élabore l’aspect de sa pensée la plus risqué : la notion de surhomme, la notion « d’éternel retour ».

Siddhartha

Un jour vient où l'enseignement traditionnel donné aux brahmanes ne suffit plus au jeune Siddhartha. Quand des ascètes samanas passent dans la ville, il les suit, se familiarise avec toutes leurs pratiques mais n'arrive pas à trouver la paix de l'âme recherchée. Puis c'est la rencontre avec Gotama, le Bouddha. Tout en reconnaissant sa doctrine sublime, il ne peut l'accepter et commence une autre vie auprès de la belle Kamala et du marchand Kamaswani. Les richesses qu'il acquiert en font un homme neuf, matérialiste, dont le personnage finit par lui déplaire. Il s'en va à travers la forêt, au bord du fleuve. C'est là que s'accomplit l'ultime phase du cycle de son évolution. Dans le cadre d'une Inde recréée à merveille, écrit dans un style d'une rare maîtrise, Siddhartha, roman d'une initiation, est un des plus grands de Hermann Hesse, Prix Nobel de littérature.

pour acheter le livre
En Europe: Amazon.fr
Au Canada: Amazon.ca

 

Juillet en Bretagne. Ce matin-là, il faisait beau. L'appartement malouin était sans dessus dessous. Le sol et les tables jonchés de livres, carnets et prototypes avaient transformé l'appartement  en atelier. Je rangeais, en vitesse, des livres dans la bibliothèque au moment où j'ai eu l'intuition que je devais relire Siddhartha. Un flash, à peine perceptible, qu'il fallait le retirer de l'étagère. Dès les premières lignes, j'ai su que je le terminerai rapidement et que la pile de livres 'à lire' attendrait encore un peu et le désordre aussi.