L'Envie - Essai sur une passion triste

Pourquoi lui, pourquoi elle et pas moi ? Telle est la question tourmentée qui résonne ici. Celle de cette passion triste, l’envie, le seul des sept péchés capitaux que nul ne serait jamais disposé à admettre. Le plus ambigu et le plus obscène.

Envie, in-videre : regarder mal, regarder de travers. Que de fois n’a-t-on capté, dans le regard de l’autre, cet éclat torve et détourné, ce « mauvais œil » de l’envie, qui provoque en nous un malaise inexplicable ? Mais n’est-ce pas l’envieux autant que l’envié qui en est la victime ? Car s’il est vrai que tout péché apporte du plaisir, le poison de l'envie génère le tourment et la souffrance de l'âme. L’envieux souffre du bénéfice, du bonheur, de la jouissance des autres, vécus comme une réduction de son être, signe de son échec ou de son infériorité.

Bien nihiliste vocation alors que celle qui nous pousse à nous sacrifier nous-mêmes pour ne rien concéder à l’autre. Ou, pire, à entraîner dans notre chute les autres, tous les autres, préférant ainsi une égalité négative d’anéantissement à l’insupportable poids de la différence. Car l’envie vient de la comparaison. Elle est avant tout une passion relationnelle et relative.

Si la relation et la comparaison sont constitutives de la condition humaine, sommes-nous alors inévitablement condamnés à l’envie ? Certes, toute comparaison n’est pas nécessairement envieuse. Elle peut être simplement compétitive, émulative, ou même sympathique. Néanmoins le germe de l’envie est toujours aux aguets. Notamment lorsque l’homme se voit réduit à la figure de l’homo œconomicus, le narcissisme postmoderne règne en maître.

À la lecture de la mythologie et de la théologie, de la littérature et de la philosophie, des sciences sociales et de la psychanalyse, l'auteur poursuit cette passion triste de l'Antiquité à nos sociétés modernes, des contes de fées aux faits les plus ordinaires de notre vie quotidienne. Elle en souligne aussi toute la violence lorsqu'elle se transforme en ressentiment. Comment alors échapper au vertige de l’envie ? Quelles autres passions opposer à cette passion triste ?

Pour acheter le  livre :
En Europe: Amazon.fr
Au Canada:  Amazon.ca

Elena Pulcini est philosophe, professeur à l'Université de Florence. Elle a publié notamment Amour-passion et amour conjugual : Rousseau et l'origine d'un conflit moderne (1998), The Individual without Passions. Moderne Individualism and the Loss of Social Bond, Lexington (Rowans & Littlefield), Lanham, USA 2012 et Care of the World, Fear, Responsibiiity and Justice in the Global Age, Springer, Dordrecht 2012.

Elena Pulcini est co-signataire du Manifeste convivialiste.

Voir le site des convivialistes