Comment révéler des compétences que vous ignorez posséder ?

 
Pierre Chatel Innocenti

Pierre Chatel Innocenti

Depuis quelques années, l’épigénétique connaît un regain d’intérêt.

Si vous n’êtes pas familier avec ce terme, sachez qu’il n’est pas nouveau. Aristote utilisait un terme analogue, l’épigénèse, pour décrire le développement d’un oeuf fertilisé en un organisme entier et différencié.

En 1942, Conrad Hal Waddington, inventa le terme épigénétique pour définir les mécanismes de régulation qui permettent de relier le développement cellulaire dans un embryon aux changement génétiques provoqués par les conditions environnementales dans lesquelles se trouvent les cellules de l’embryon.

De façon encore plus spécifique et dans l’acceptation moderne du terme, l’épigénétique se réfère à tout changement dans l’expression génétique hérité par les cellules elles-mêmes, indépendamment de l’information contenue dans l’ADN.

Une étude récente recense les dernières communications scientifiques concernant l’épigénétique.

L’épigénétique est un domaine de recherche particulièrement intéressant pour la compréhension des liens qui existent entre les facteurs environnementaux et la transmission de traits génétiques reliés à certaines maladies.

Les chercheurs tentent de comprendre les mécanismes moléculaires qui sont à l’origine des marqueurs épigénétiques. Parmi les hypothèses mises en avant, qui pour certains sont controversées, on attribue aux séquences non codantes d’ARN (les cellules utilisent l'ARN comme un support intermédiaire des gènes pour synthétiser les protéines dont elles ont besoin) un rôle (encore mal compris) de régulation épigénétique dans l’expression des gènes.

En d’autres mots, il existerait au sein même de nos cellules un creuset non exploité de molécules codantes qui permettraient, sous la pression de conditions environnementales nouvelles, de déclencher une réaction spécifique par la fabrication de protéines.

Métaphoriquement, ce mécanisme se rapproche de ce que nous éprouvons, sur les plans psychologiques et cognitifs, lorsque nous sommes confrontés à une situation nouvelle qui exige de nous une réaction d’adaptation.

Comme sur le plan cellulaire, nous disposons peut-être de ressources insoupçonnées qui sont en quelque sorte en attente jusqu’à ce qu’un signal externe déclenche un processus de mise en action. Le rapprochement avec l’épigénétique est intéressant, car il met en lumière l’aspect « insoupçonné » de ce potentiel. Il est en nous. Nous ne soupçonnons pas son existence jusqu’à ce qu’un facteur extérieur nous le révèle.

Il est indéniable que nous traversons présentement une crise. Nous devons réagir. Et, indubitablement, aucun changement collectif ne sera possible s’il ne se produit pas des changements individuels multitudinaires.

Ces changements souhaitables ne sont pas uniquement de nature technique — après tout, on connaît les solutions techniques qui pourraient régler bon nombre de problèmes actuels — ils sont de nature psychologique, sociale et cognitive.

Ils font appel à un foyer de compétences latentes, enfouies en nous tous en quelque sorte, les compétences psychosociales (soft skills), qui attendent d’être mises en oeuvre pour contribuer à la résolution de la crise environnementale, sociale et économique actuelle.

Comment développer ces compétences dites douces ?

Elles se divisent en trois grandes catégories :

  • Le développement intrapersonnel

  • Le développement interpersonnel

  • Le développement cognitif

La première catégorie, le développement intrapersonnel englobe tout ce qui concerne les exercices introspectifs ou qui visent à s’améliorer sur un plan personnel et à prendre soin de soi : la connaissance de soi, l’adaptation et la souplesse, les auto-apprentissages/évaluations. l’attitude positive, la motivation, une mentalité de croissance, la métacognition (apprendre à apprendre), l’ouverture d’esprit, les connaissances antérieures, l’organisation, le jugement, le bien-être, etc.

La deuxième catégorie, le développement interpersonnel, englobe tout ce qui nous met en relation avec les autres et notre environnement : La collaboration, la communication, la confiance que nous inspirons aux autres, l’empathie, l’influence sociale, la co-création, le leadership, le mentorat, les négociations, la résolution de conflits, le travail d’équipe, etc.

La troisième catégorie, le développement cognitif, englobe tout ce qui stimule et augmente nos capacités cognitives : l’analyse, la créativité, la cognition distribuée, l’esprit d’initiative, l’écoute active, l’entrepreunariat, la pensée critique, la modélisation, le prototypage, le raisonnement, la résolution de problèmes, etc.

Une façon de développer ces compétences, c’est de choisir systématiquement des projets qui nous permettent d’acquérir des expériences touchant à ces trois aspects.

Cette semaine je vous propose un exercice pour vous aider à choisir les projets ou activités pour vous y aider.

Pour ceux et celles qui souhaitent aller plus loin, rejoignez le club privé des leaders créatifs de La Nouvelle École de Créativité.