The Art of Stillness

A follow up to Pico Iyer’s essay “The Joy of Quiet,” The Art of Stillness considers the unexpected adventure of staying put and reveals a counterintuitive truth: The more ways we have to connect, the more we seem desperate to unplug.

Why might a lifelong traveler like Pico Iyer, who has journeyed from Easter Island to Ethiopia, Cuba to Kathmandu, think that sitting quietly in a room might be the ultimate adventure? Because in our madly accelerating world, our lives are crowded, chaotic and noisy. There’s never been a greater need to slow down, tune out and give ourselves permission to be still.

In The Art of Stillness—a TED Books release—Iyer investigate the lives of people who have made a life seeking stillness: from Matthieu Ricard, a Frenchman with a PhD in molecular biology who left a promising scientific career to become a Tibetan monk, to revered singer-songwriter Leonard Cohen, who traded the pleasures of the senses for several years of living the near-silent life of meditation as a Zen monk. Iyer also draws on his own experiences as a travel writer to explore why advances in technology are making us more likely to retreat. He reflects that this is perhaps the reason why many people—even those with no religious commitment—seem to be turning to yoga, or meditation, or seeking silent retreats. These aren't New Age fads so much as ways to rediscover the wisdom of an earlier age. Growing trends like observing an “Internet Sabbath”—turning off online connections from Friday night to Monday morning—highlight how increasingly desperate many of us are to unplug and bring stillness into our lives.

The Art of Stillness paints a picture of why so many—from Marcel Proust to Mahatma Ghandi to Emily Dickinson—have found richness in stillness. Ultimately, Iyer shows that, in this age of constant movement and connectedness, perhaps staying in one place is a more exciting prospect, and a greater necessity than ever before.

In 2013, Pico Iyer gave a blockbuster TED Talk. This lyrical and inspiring book expands on a new idea, offering a way forward for all those feeling affected by the frenetic pace of our modern world.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada : Amazon.ca

 

Un merveilleux livre, des propos très inspirants. Lire le post

L'Art de l'oisiveté

Ecrits entre 1899 et 1962, les 37 textes de ce volume, la plupart inédits en français, parlent de la musique, de la peinture, de livres, de paysages, de rencontres avec des hommes. Hesse propose un nouveau rapport à l'existence, une sorte de programme qu'il nomme "l'art de l'oisiveté" : un art du regard qui prône l'humour, le scepticisme, l'esprit critique, bref, la liberté de l'individu.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Défis aux labyrinthes

" Ceux qui croient pouvoir vaincre les labyrinthes en fuyant leurs difficultés restent en dehors; et demander à la littérature, à partir d'un labyrinthe donné, de fournir la clé pour en sortir est donc une requête peu pertinente. Ce que peut faire la littérature, c'est définir le meilleur comportement possible pour trouver l'issue, même si cette issue n'est rien d'autre que le passage d'un labyrinthe à l'autre. C'est le défi au labyrinthe que nous voulons sauver, une littérature du défi au labyrinthe dont nous voulons dégager le noyau et que nous voulons distinguer de la littérature de la reddition au labyrinthe.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Ermite à Paris

Les dix-neuf textes rassemblés dans le présent volume esquissent un portrait fragmenté d'Italo Calvino autant qu'ils racontent l'histoire de toute une génération. Car Calvino, en réfléchissant à sa propre biographie, revient sur notre histoire récente et sur les grandes questions qui la traversent. Il évoque ainsi le cauchemar fasciste et l'expérience du maquis, puis retrace le chemin de l'engagement communiste jusqu'à la désillusion. Avec l'ironie si particulière qui le caractérise, il parle de sa «névrose géographique» à travers les portraits des villes de San Remo, Turin, New York et, bien sûr, Paris, où il vécut quelques années et qui lui procure l'oxymore choisi comme titre de l'ouvrage. Autre texte majeur de cet ensemble, le «Journal américain, 1959-1960» fournit, en plus des observations très fines sur les États-Unis de cette époque, l'autoportrait le plus direct du volume.

Ermite à Paris propose un éclairage passionnant sur l'œuvre d'Italo Calvino, qui fut tour à tour romancier, éditeur et journaliste. À l'heure où les Éditions Gallimard débutent la réédition intégrale de ses écrits, cet ouvrage offre une belle occasion d'entrer de plain-pied dans l'œuvre d'un des plus grands écrivains du XXe siècle.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Collection de sable

Une femme fait collection de sable. Rangeant les flacons étiquetés, elle ranime dans sa mémoire les sensations d'une plage. Ainsi l'écrivain aligne les mots, espérant découvrir dans le travail du langage matière à comprendre le monde.

Collection de sable rassemble une quarantaine d'articles. Mappemondes anciennes, mannequins de cire, paysages et scènes d'Iran, du Mexique, du Japon : autant d'objets, de lieux, de rites sociaux qu'Italo Calvino interroge avec une curiosité contagieuse.

Un délice d'intelligence et de subtile pédagogie.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Les Villes invisibles

«Les villes comme les rêves sont faites de désirs et de peurs, même si le fil de leur discours est secret, leurs règles absurdes, leurs perspectives trompeuses ; et toute chose en cache une autre.
– Moi, je n’ai ni désirs, ni peurs, déclara le Khan, et mes rêves sont composés soit par mon esprit soit par le hasard.
– Les villes aussi se croient l’œuvre de l’esprit ou du hasard, mais ni l’un ni l’autre ne suffisent pour faire tenir debout leurs murs. Tu ne jouis pas d’une ville à cause de ses sept ou soixante-dix-sept merveilles, mais de la réponse qu’elle apporte à l’une de tes questions.»

À travers un dialogue imaginaire entre Marco Polo et l’empereur Kublai Khan, Italo Calvino nous offre un «dernier poème d’amour aux villes» et une subtile réflexion sur le langage, l’utopie et notre monde moderne.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Palomar

“ A la suite d’une série de mésaventures qui ne méritent pas d’être rappelées, monsieur Palomar avait décidé que sa principale activité serait de regarder les choses du dehors. ” Et voilà le personnage de Palomar créé : Palomar, ou les aventures et les mésaventures du regard. Car vous savez, vous, comment observer une vague, une seule, en la distinguant bien de toutes les autres ? Ou comment prêter au sein nu d’une dame sur la plage ce qu’il faut d’hommage sans ce qui messiérait d’insistance ? Et puis, que faire avec un reflet de soleil, si parfaitement perceptible et si fuyant dès qu’on l’approche ?

En vacances, en ville, en… silence, Palomar tente de maîtriser de l’œil un brin d’herbe ou un fromage, une étoile ou un jardin zen, deux tortues qui font l’amour, ses semblables et lui-même ; et les complications dans lesquelles il se retrouve le laisse parfois pantois.

Calvino est un merveilleux dessinateur d’eaux-fortes : jamais il ne l’a mieux montré qu’ici. Libre à chacun de reconnaître, sous les perplexités ratiocinantes du voyeur, beaucoup de philosophie ; et, sous l’humour, une pincée de désespoir.

“En la relisant, je m'aperçois que l'histoire de Palomar peut se résumer en deux phrases : Un homme se met en marche pour atteindre, pas à pas, la sagesse. Il n'est pas encore arrivé.” I.C.

D’origine ligurienne, Italo Calvino (La Havane, 1923; Sienne, 1985) a fait son entrée en littérature immédiatement après la guerre avec des récits sur la résistance italienne (Le Sentier des nids d’araignées, puis Le corbeau vient le dernier). Prodigieusement intelligent, toujours ironique, inventeur lyrique ne cessant de trouver des figures pour ce à quoi il revenait toujours, l’écriture.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Leçons américaines

«Nous sommes en 1985 : quinze années à peine nous séparent du début d'un nouveau millénaire. Pour le moment, me semble-t-il, l'approche de ce tournant ne suscite aucune émotion particulière. Mais ce n'est pas de futurologie, c'est de littérature que je suis venu vous parler ici. Le millénaire qui s'achève a vu naître et proliférer les langues occidentales modernes, ainsi que les littératures qui en ont exploré les possibilités dans les domaines de l'expression, de la connaissance et de l'imagination. Ce millénaire a également été celui du livre, dans la mesure où il a vu l'objet-livre prendre la forme qui nous est familière. Ce qui indique peut-être sa fin prochaine, c'est que l'on s'interroge si souvent sur le sort de la littérature et du livre à l'ère technologique dite postindustrielle. Mais je n'ai guère envie de m'aventurer dans des prévisions de ce genre. Si j'ai confiance en l'avenir de la littérature, c'est parce qu'il est des choses, je le sais, que seule la littérature peut offrir par ses moyens spécifiques. Aussi voudrais-je consacrer ces conférences à quelques valeurs ou qualités ou spécificités littéraires qui me tiennent particulièrement à cœur, en m'efforçant de les situer dans la perspective du millénaire qui s'annonce.»

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Les Très riches heures de l'humanité

De même que l’artiste ne crée pas de façon continue, mais lors de rares moments d’inspiration, l’Histoire, selon Zweig, procède par bonds : une succession de faits banals est interrompue de loin en loin par des événements clés. Ce sont ces moments « d’une grande concentration dramatique, porteurs de destin, où une décision capitale se condense en un seul jour, une seule heure et souvent une seule minute », que Zweig a voulu illustrer à travers ces douze récits. Il y narre, et commente à sa manière, des événements aussi divers que la prise de Byzance, la quête de l’Eldorado, la bataille de Waterloo, l’expédition du capitaine Scott au pôle Sud, la pose de la première ligne télégraphique sous l’océan Atlantique, les derniers mois de la vie de Haendel et la genèse du Messie, ou la composition de La Marseillaise par Rouget de Lisle.

En 1939 avait paru, sous le titre Les Heures étoilées de l’humanité, une première édition du recueil de Stefan Zweig. Aux neuf textes traduits à l’époque viennent aujourd’hui s’ajouter trois textes inédits en français, ainsi que la préface originale de l’auteur. Les Très Riches Heures de l’humanité constituent la première édition française intégrale de Sternstunden der Menschheit.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Le Livre de l'intranquilité

« En ces heures où le paysage est une auréole de vie, j'ai élevé, mon amour, dans le silence demon intranquillité, ce livre étrange... » qui alterne chronique du quotidien et méditationtranscendante. Le livre de l'intranquillité est le journal que Pessoa a tenu pendant presque toute sa vie, en l'attribuant à un modeste employé de bureau de Lisbonne , Bernardo Soares. Sans ambitionterrestre, mais affamé de grandeur spirituelle, réunissant esprit critique et imagination déréglée,attentif aux formes et aux couleurs du monde extérieur mais aussi observateur de « l'infinimentpetit de l'espace du dedans », Bernardo Soares, assume son "intranquillité" pour mieux la dépasseret, grâce à l'art, aller à l'extrémité de lui-même, à cette frontière de notre condition ou lesmystiques atteignent la plénitude « parce qu'ils sont vidés de tout le vide du monde ». Il seconstruit un univers personnel vertigineusement irréel, et pourtant plus vrai en un sens que lemonde réel. Le livre de l’intranquillité est considéré comme le chef-d’oeuvre de Fernando Pessoa.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Cinq méditations sur la beauté

« En ces temps de misères omniprésentes, de violences aveugles, de catastrophes naturelles ou écologiques, parler de la beauté pourrait paraître incongru, inconvenant, voire provocateur. Presque un scandale. Mais à cause de cela même, on voit qu'à l'opposé du mal, la beauté se situe bien à l'autre bout d'une réalité à laquelle nous avons à faire face. Nous sommes donc convaincus qu'au contraire nous avons pour tâche urgente, et permanente, de dévisager ces deux mystères qui constituent les deux extrémités de l'univers vivant : d'un côté, le mal, et de l'autre, la beauté ... Ce qui est en jeu, nous n'en doutons pas, n'est rien moins que l'avenir de la destinée humaine, une destinée qui implique les données fondamentales de la liberté humaine. »Confronté très jeune à ces deux « mystères » par la fréquentation de l'époustouflant site du mont Lu dans sa province natale d'une part, et par le terrible massacre de Nankin perpétré par l'armée japonaise de l'autre, François Cheng livre ses réflexions sur les questions existentielles les plus radicales. Ce faisant, il nous fait revisiter les moments phares de la culture d'Orient et d'Occident.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Les Voix de la liberté

De 1815 à 1885, la France aura vu se succéder dans une logique trépidante six régimes : la brève résurrection de l'Empire, la Restauration, la monarchie de Juillet, la IIe République, le Second Empire, la IIIe République. «Stupide XIXe siècle», ironisera Léon Daudet.

Au cours de celui-ci, les hommes de lettres ont participé à tous les combats politiques. Quel que soit le régime, quelles que soient leurs tendances, ils paient de leur personne, de leurs deniers. Ils créent des journaux, des revues, s'engagent dans leurs articles, dans leurs œuvres mêmes. Ils affrontent parfois la prison ou l'exil. Pour que triomphent leurs idées, ils se jettent dans la bataille électorale, deviennent députés, sénateurs, parfois ministres. Le public ne s'y trompe pas qui, à l'époque, connaît parfois mieux leurs engagements publics que leurs œuvres quand les deux ne sont pas confondus dans un même combat.

Leurs noms ? Chateaubriand, Constant, Guizot, Hugo, Stendhal, Balzac, Sand, Michelet, Lamartine, Quinet, Renan, Flaubert, Maupassant, Zola, Vallès, et tant d'autres qui ont su tisser le politique et la littérature.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

L'Homme qui voulait changer le monde

Les sept nouvelles réunies dans ce volume illustrent, avec une grande diversité de tons et de styles, la durable modernité de Hermann Hesse.

Du court texte « Le loup », écrit en 1903 et si emblématique du futur auteur du Loup des steppes, jusqu’au «Mendiant » de 1948, Hesse approfondit constamment son art et sa pensée. Kafkaïen dans « Si la guerre durait encore deux ans » (1917), précurseur de l’ironie postmoderniste dans « Une ville touristique du Midi » (1925), il est, surtout, dans « Les Frères du Soleil » (1904), « L’homme qui voulait changer le monde » (1910) et « Robert Aghion» (1912), le chroniqueur de l’être marginal, de l’inadapté, du perpétuel étranger qui ne peut se couler dans le moule trop étriqué que lui propose la société et qui est porteur d’une vision généreuse, sinon spirituelle.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Les Transformations silencieuses

« Grandir, vieillir ; mais également l’indifférence qui se creuse, jour après jour, entre les anciens amants, sans même qu’ils s’en aperçoivent ; comme aussi les Révolutions se renversant, sans crier gare, en privilèges, ou bien le réchauffement de la planète : autant de modifications qui ne cessent de se produire ouvertement devant nous, mais si continûment et de façon globale, de sorte qu’on ne les perçoit pas. Mais on en constate soudain le résultat – qui nous revient en plein visage. Or si cette transformation continue nous échappe, c’est sans doute que l’outil de la philosophie grecque, pensant en termes de formes déterminées, échouait à capter cette indéterminable de la transition. De là l’intérêt à passer par la pensée chinoise pour prêter attention à ce même : celui de « transformations silencieuses » qui, sous le sonore de l’événement, rendent compte de la fluidité de la vie et éclairent les maturations de l’Histoire tout autant que de la Nature. De notion descriptive, on pourra alors en faire un concept de la conduite, stratégique comme aussi politique: face à la pensée du but et du plan, qui a tant obsédé l'Occident, s'y découvre l'art d'infléchir les situations sans alerter, d'autant plus efficace qu'il est discret. » François Jullien

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada: Amazon.ca