Le gaucher boiteux, puissance de la pensée

Mais qui est ce gaucher boiteux ? Et si c’était Michel Serres lui-même !

Avec ce soixantième livre, Michel Serres fait le bilan du travail de toute une vie. Il réussit à décrire la façon dont il a pensé ses livres et sa philosophie depuis les débuts, avec Hermès, jusqu’à tout récemment, avec Petite poucette en passant par Atlas, le Tiers-instruit et le Parasite. Et sous quelles formes ? Celles de personnages ou d’objets en lesquels s’incarnent les figures de la pensée !

On retrouve ce processus incroyablement puissant tout au long de son œuvre mais aussi dans de nombreux travaux d’autres philosophes comme Nietzche ou Socrate Et si l’on pensait autrement que l’on croit ?

Dans ce livre, Michel Serres convoque le berger qui introduit le Grand récit de l’Univers, le médiateur qui incarne les messageries et le gaucher pensant qui nous parle de l’ « âge doux ». Celui de Petite poucette, le nôtre.

Professeur à Stanford University, membre de l’Académie française, Michel Serres est l’auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, dont les derniers, Petite Poucette et Temps des crises ont été largement salués par la presse. Il est l’un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada: Amazon.ca

 

Petite Poucette

Le monde a tellement changé
que les jeunes doivent tout réinventer !

Nos sociétés occidentales ont déjà vécu deux révolutions : le passage de l’oral à l’écrit, puis de l’écrit à l’imprimé. Comme chacune des précédentes, la troisième, tout aussi majeure, s’accompagne de mutations politiques, sociales et cognitives. Ce sont des périodes de crises.
De l’essor des nouvelles technologies, un nouvel humain est né : Michel Serres le baptise « Petite Poucette » – clin d’œil à la maestria avec laquelle les messages fusent de ses pouces.

Petite Poucette va devoir réinventer une manière de vivre ensemble, des institutions, une manière d’être et de connaître… Débute une nouvelle ère qui verra le triomphe de la multitude, anonyme, sur les élites dirigeantes, bien identifiées ; du savoir discuté sur les doctrines enseignées ; d’une société immatérielle librement connectée sur la société du spectacle à sens unique…
Faisons donc confiance à Petite Poucette pour mettre en œuvre cette utopie, seule réalité possible !

Professeur à Stanford University, membre de l’Académie française, Michel Serres est l’auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, dont les derniers, Temps des crises et Musique ont été largement salués par la presse. Il est l’un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Le Sens du mouvement

Ce livre veut montrer - ce que les philosophes comme Sartre ou Merleau-Ponty ont prétendu - comment nous pensons avec tout notre corps. Aux cinq sens traditionnels - l'odorat, l'ouïe, la vue, le toucher et le goût - Alain Berthoz en ajoute un sixième : la kinesthésie ou sens du mouvement. On l'a oublié parce qu'il n'est pas apparent, les capteurs kinesthésiques se trouvant répartis dans tout le corps et non pas concentrés dans un organe spécifique. Et pourtant, il y a un plaisir du mouvement, exécuté ou perçu, comme il y en a un de chacun des autres sens. Or, il n'y a pas de mouvement sans pensée. Nous prenons la décision de marcher, de courir, de sauter, de danser, avec l'intention d'aller d'un endroit à un autre. Nous sommes donc capables d'évaluer une distance, de programmer une trajectoire et parfois très vite comme lorsque nous dévalons une pente à skis. Le sens du mouvement nous oblige à revoir notre conception du cerveau. D'une part, ce n'est pas un ordinateur qui calcule à partir d'informations fournies par les sens, c'est un simulateur qui fait des hypothèses sur la possibilité de réaliser tel ou tel mouvement et qui charge les sens de les tester dans la réalité. D'où les chutes, les faux pas, les illusions lorsque ces hypothèses se révèlent fausses. D'autre part, le cerveau n'est pas une direction centrale qui prend les décisions et charge les organes périphériques de les exécuter : le moindre mouvement est trop complexe et souvent trop rapide. Les commandes du mouvement sont décentralisées, elles sont élaborées par les organes périphériques mêmes qui doivent les exécuter à partir de modèles génétiquement programmés.

Alain Berthoz est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Claude Bernard, et directeur du laboratoire de neurophysiologie de l'action.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Architecture animale

 Pour la première fois, un livre traite de !'Architecture animale dans son ensemble. Cet ouvrage du grand zoologiste Karl von Frisch, Prix Nobel de Médecine, nous fait découvrir les merveilles créées par l'instinct et !'"imagination" des insectes, des poissons, des oiseaux, des mammifères ... Bien avant nos savants et nos techniciens, les termites ont mis au point différents systèmes de climatisation, creusé des puits de 40 mètres, édifié des métropoles avec leurs villes satellites et leurs "autoroutes". Les guêpes ont construit des vases d'argile dont les Indiens d'Amérique se sont peut-être inspirés, et elles ont montré aux Chinois comment fabriquer du papier à partir du bois brut. Parmi les mammifères, les castors, bâtisseurs exceptionnels, sont capables de régler le niveau des eaux autour des huttes qu'ils habitent, grâce à des digues dont la longueur peut atteindre 700 mètres. Depuis des temps immémoriaux, les animaux utilisent avec une incroyable ingéniosité la pierre, le bois, les roseaux, l'argile et la cire. Ils ont inventé des portes, des fenêtres aux vitres faites de salive durcie, des trappes, des toits en surplomb, des abris au sol recouvert d'un enduit imperméable ... Ainsi l'architecture animale n'est pas moins intéressante et variée que la nôtre. Et la précision des ouvrages réalisés par les animaux peut dépasser celle de n'importe quelle construction hu111aine! Karl von Frisch nous offre, dans ce livre magnifiquement illustré, une vision fascinante de l'activité créatrice des animaux. Une activité où l'instinct joue le rôle capital, mais qui nous apparaît de plus en plus chargée de mystère à mesure que nous apprenons à la connaître.  pour acheter le livre en Europe  Amazon.fr  pour acheter le livre AU CANADA  AMAZON.CA

Pour la première fois, un livre traite de !'Architecture animale dans son ensemble. Cet ouvrage du grand zoologiste Karl von Frisch, Prix Nobel de Médecine, nous fait découvrir les merveilles créées par l'instinct et !'"imagination" des insectes, des poissons, des oiseaux, des mammifères ... Bien avant nos savants et nos techniciens, les termites ont mis au point différents systèmes de climatisation, creusé des puits de 40 mètres, édifié des métropoles avec leurs villes satellites et leurs "autoroutes". Les guêpes ont construit des vases d'argile dont les Indiens d'Amérique se sont peut-être inspirés, et elles ont montré aux Chinois comment fabriquer du papier à partir du bois brut. Parmi les mammifères, les castors, bâtisseurs exceptionnels, sont capables de régler le niveau des eaux autour des huttes qu'ils habitent, grâce à des digues dont la longueur peut atteindre 700 mètres. Depuis des temps immémoriaux, les animaux utilisent avec une incroyable ingéniosité la pierre, le bois, les roseaux, l'argile et la cire. Ils ont inventé des portes, des fenêtres aux vitres faites de salive durcie, des trappes, des toits en surplomb, des abris au sol recouvert d'un enduit imperméable ... Ainsi l'architecture animale n'est pas moins intéressante et variée que la nôtre. Et la précision des ouvrages réalisés par les animaux peut dépasser celle de n'importe quelle construction hu111aine! Karl von Frisch nous offre, dans ce livre magnifiquement illustré, une vision fascinante de l'activité créatrice des animaux. Une activité où l'instinct joue le rôle capital, mais qui nous apparaît de plus en plus chargée de mystère à mesure que nous apprenons à la connaître.

pour acheter le livre en Europe Amazon.fr
pour acheter le livre AU CANADA AMAZON.CA

The Fabric of Reality

For David Deutsch, a young physicist of unusual originality, quantum theory contains our most fundamental knowledge of the physical world. Taken literally, it implies that there are many universes “parallel” to the one we see around us. This multiplicity of universes, according to Deutsch, turns out to be the key to achieving a new worldview, one which synthesizes the theories of evolution, computation, and knowledge with quantum physics. Considered jointly, these four strands of explanation reveal a unified fabric of reality that is both objective and comprehensible, the subject of this daring, challenging book. The Fabric of Reality explains and connects many topics at the leading edge of current research and thinking, such as quantum computers (which work by effectively collaborating with their counterparts in other universes), the physics of time travel, the comprehensibility of nature and the physical limits of virtual reality, the significance of human life, and the ultimate fate of the universe. Here, for scientist and layperson alike, for philosopher, science-fiction reader, biologist, and computer expert, is a startlingly complete and rational synthesis of disciplines, and a new, optimistic message about existence.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Introduction aux sciences cognitives

La récente émergence des sciences cognitives, constellation de disciplines aussi diverses que l'informatique, la linguistique et les neurosciences, marque un changement conceptuel qui préfigure sans doute les nouveaux champs scientifiques du siècle prochain. Autour de la question de la connaissance ont spontanément convergé plusieurs approches complémentaires dont Francisco Varela dresse ici un panorama très complet. De l'intelligence artificielle aux réseaux de neurones et aux travaux actuels sur la conscience et la vie artificielle, il nous invite à mettre en perspective les grands courants des sciences cognitives tout en prenant fermement position dans le débat. L'approche "enactive" qu'il propose met en question la tentation de réduire la conscience à des interactions entre neurones. ou celle de séparer le cerveau du monde extérieur.

Cette invitation aux sciences cognitives, rejetant tout réductionnisme et tout a priori théorique, en est une parfaite illustration.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

La Nature et la pensée

«Au cours de mon existence, j'ai mis les descriptions de briques et de brocs, de boules de billard et de galaxies dans une boîte, et je les y ai laissées en paix. Dans une autre boîte, j'ai mis les choses vivantes: les crabes, les hommes, les problèmes de beauté et les problèmes de différence. C'est le contenu de la seconde boîte qui constitue la matière de ce livre …

Quelle est la structure qui relie le crabe au homard et l'orchidée à la primevère? Et qu'est-ce qui les relie, eux quatre, à moi? Et moi à vous? Et nous six à l'amibe, d'un côté, et au schizophrène qu'on interne, de l’autre?

Je voudrais vous expliquer pourquoi j'ai été biologiste toute ma vie; et ce que j'ai essayé d'étudier; quelles sont les idées que je peux partager sur le monde biologique où nous habitons et menons notre existence. Comment tout cela tient-il ensemble?

Quelle est la structure qui relie toutes les créatures vivantes?»

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr

Le Visage de dieu

Le visage de Dieu Le « visage de Dieu » ? C'est l'expression qu'utilisa l'astrophysicien George Smoot (prix Nobel 2006) lorsque le 23 avril 1992, il réussit, grâce au satellite Cobe, à prendre des photos de la naissance de l'univers tel qu'il émergeait des ténèbres cosmiques tout juste 380 000 ans après le Big Bang. Depuis, cette expression a fait le tour du monde, déclenché la fureur des scientifiques, et bouleversé les croyants. Mais, par-delà ces quelques mots, quel est le fabuleux secret qui se cache derrière le « bébé univers » ? Pourquoi Smoot y a-t-il vu le « visage de Dieu » ? Ce livre - nourri des révélations fournies par le nouveau satellite Planck lancé le 14 mai 2009 - s'approche, comme jamais, de ce mystère suprême : l'instant même de la Création. Trois des héros de cette fantastique aventure - Jim Peebles (prix Crafoord d'astronomie 2005), Robert W. Wilson (prix Nobel 1978) et John Mather (prix Nobel 2006) - ont postfacé cet ouvrage au fil duquel on s'avisera que la science, parfois, se confond avec la plus haute spiritualité.

Pour acheter le  livre :
En Europe: Amazon.fr
Au Canada:  Amazon.ca