Fernando Pessoa

Une biographie où la genèse de l'œuvre et la place qu'y occupent les hétéronymes (les différents individus imaginés par Fernando Pessoa et auxquels il attribue des parties de son oeuvre) sont particulièrement bien expliqués.

« Trop fier et trop timide, Fernando Pessoa écrivait sans cesse pour une grande malle où s'entassaient les feuillets. De la grande malle, les chercheurs ont sorti des trésors qu'on ne finit pas d'explorer. Robert Bréchon nous les livre dans une biographie passionnée et pleine d'admiration; sous son regard, la silhouette sombre, hésitante, du promeneur de Lisbonne se dédouble. » (extrait d'un article de Michèle Gazier, Télérama, 1996)

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Le Monde d'hier

Le monde d'hier, c'est la Vienne et l'Europe d'avant 1914, où Stefan Zweig a grandi et connu ses premiers succès d'écrivain, passionnément lu, écrit et voyagé, lié amitié avec Freud et Verhaeren, Rilke et Valéry. Un monde de stabilité où, malgré les tensions nationalistes, la liberté de l'esprit conservait toutes ses prérogatives.Livre nostalgique ? Assurément. Car l'écrivain exilé qui rédige ces « souvenirs d'un Européen » a vu aussi, et nous raconte, le formidable gâchis de 1914, l'écroulement des trônes, le bouleversement des idées, puis l'écrasement d'une civilisation sous l'irrésistible poussée de l'hitlérisme...Parsemé d'anecdotes, plein de charme et de couleurs, de drames aussi, ce tableau d'un demi-siècle de l'histoire de l'Europe résume le sens d'une vie, d'un engagement d'écrivain, d'un idéal. C'est aussi un des livres-témoignages les plus bouleversants et les plus essentiels pour nous aider à comprendre le siècle passé.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Le gaucher boiteux, puissance de la pensée

Mais qui est ce gaucher boiteux ? Et si c’était Michel Serres lui-même !

Avec ce soixantième livre, Michel Serres fait le bilan du travail de toute une vie. Il réussit à décrire la façon dont il a pensé ses livres et sa philosophie depuis les débuts, avec Hermès, jusqu’à tout récemment, avec Petite poucette en passant par Atlas, le Tiers-instruit et le Parasite. Et sous quelles formes ? Celles de personnages ou d’objets en lesquels s’incarnent les figures de la pensée !

On retrouve ce processus incroyablement puissant tout au long de son œuvre mais aussi dans de nombreux travaux d’autres philosophes comme Nietzche ou Socrate Et si l’on pensait autrement que l’on croit ?

Dans ce livre, Michel Serres convoque le berger qui introduit le Grand récit de l’Univers, le médiateur qui incarne les messageries et le gaucher pensant qui nous parle de l’ « âge doux ». Celui de Petite poucette, le nôtre.

Professeur à Stanford University, membre de l’Académie française, Michel Serres est l’auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences, dont les derniers, Petite Poucette et Temps des crises ont été largement salués par la presse. Il est l’un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde qui associe les sciences et la culture.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada: Amazon.ca

 

Sauve-toi, la vie t'appelle

« Lors de ma première naissance, je n’étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l’a dit. Je suis bien obligé d’y croire puisque je n’en ai aucun souvenir.

Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j’ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là. » B. C.

C’est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l’émotion du survivant se conjugue au talent de l’écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l’évocation intime d’une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l’appel de la vie.
 
Une histoire poignante, hors du commun, qui retentit profondément en chacun d’entre nous. 

Boris Cyrulnik est neuropsychiatre et directeur d’enseignement à l’université de Toulon. Il est l’auteur d’immenses succès, notamment Un merveilleux malheur, Les Vilains Petits Canards, Parler d’amour au bord du gouffre, De chair et d’âme et Autobiographie d’un épouvantail

Pour se procurer le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Portraits de femmes

Portraitiste hors pair, Pietro Citati accorde toujours son «métronome intérieur» au rythme de l'artiste ou de l'écrivain dont il nous conte la vie et l'œuvre. L'intrépide acuité du regard, la finesse de l'analyse, la vivacité du récit, l'élégance du trait et le charme de l'expression caractérisent ses  Portraits de femmes . C'est dans toute la plénitude de leur présence que Pietro Citati fait surgir devant nous sainte Thérèse d'Avila, Jane Austen, Lou Andreas-Salomé, Virginia Woolf, Katherine Mansfield, Marina Tsvetaïeva, Karen Blixen, Simone Weil, Flannery O'Connor, Cristina Campo, Anna Maria Ortese, Ingeborg Bachmann... Dans nombres de ces vies de femmes, dans les livres écrits par ces femmes, la littérature a peut-être rejoint ses extrêmes possibilités tragiques. La concentration spirituelle, le courage de l'intelligence, la fermeté d'esprit, le désespoir, le feu, la fureur, le rêve de l'âme pure culminent dans ces figures féminines qui nous conduisent du Moyen Âge à la fin du XXe siècle. On a l'impression que le destin et l'angoisse qu'elles eurent à porter était d'un poids considérable. Mais comme le déclarait l'une d'elles : «Je suis fermement convaincue que la vie est belle, riche et grande ; oui, j'en serais convaincue même si je devais mourir de la peste dans une fosse à fumier.»  pour acheter le livre en Europe  Amazon.fr  pour acheter le livre au Canada  Amazon.CA

Portraitiste hors pair, Pietro Citati accorde toujours son «métronome intérieur» au rythme de l'artiste ou de l'écrivain dont il nous conte la vie et l'œuvre. L'intrépide acuité du regard, la finesse de l'analyse, la vivacité du récit, l'élégance du trait et le charme de l'expression caractérisent ses Portraits de femmes. C'est dans toute la plénitude de leur présence que Pietro Citati fait surgir devant nous sainte Thérèse d'Avila, Jane Austen, Lou Andreas-Salomé, Virginia Woolf, Katherine Mansfield, Marina Tsvetaïeva, Karen Blixen, Simone Weil, Flannery O'Connor, Cristina Campo, Anna Maria Ortese, Ingeborg Bachmann... Dans nombres de ces vies de femmes, dans les livres écrits par ces femmes, la littérature a peut-être rejoint ses extrêmes possibilités tragiques. La concentration spirituelle, le courage de l'intelligence, la fermeté d'esprit, le désespoir, le feu, la fureur, le rêve de l'âme pure culminent dans ces figures féminines qui nous conduisent du Moyen Âge à la fin du XXe siècle. On a l'impression que le destin et l'angoisse qu'elles eurent à porter était d'un poids considérable. Mais comme le déclarait l'une d'elles : «Je suis fermement convaincue que la vie est belle, riche et grande ; oui, j'en serais convaincue même si je devais mourir de la peste dans une fosse à fumier.»

pour acheter le livre en Europe Amazon.fr
pour acheter le livre au Canada Amazon.CA

C'est moi qui souligne

Les amateurs de sensations fortes seront ici comblés s’ils ont assez de finesse pour goûter celles de l’esprit. Car Nina Berberova, qui défend avec une farouche discrétion les actes intimes de sa vie, est en revanche capable des excursions les plus hardies dès lors qu’il s’agit des œuvres et des idées, en cela guidée par une nécessité sur laquelle on est fixé dès la préface de son livre. Mais elle s’affirme tout de même l’incomparable témoin des grandes convulsions de notre temps, et la description de la Russie en proie aux premiers assauts de la révolution, les affres de l’immigration, l’état de la France quand elle y vient et quand la guerre s’y installe, de même que le spectacle que lui offrent les Etats-Unis à son arrivée, véritables morceaux d’anthologie, laissent dans l’esprit du lecteur des empreintes profondes.  pour acheter le livre en Europe  Amazon.fr  pour acheter le livre au Canada Amazon.ca

Les amateurs de sensations fortes seront ici comblés s’ils ont assez de finesse pour goûter celles de l’esprit. Car Nina Berberova, qui défend avec une farouche discrétion les actes intimes de sa vie, est en revanche capable des excursions les plus hardies dès lors qu’il s’agit des œuvres et des idées, en cela guidée par une nécessité sur laquelle on est fixé dès la préface de son livre. Mais elle s’affirme tout de même l’incomparable témoin des grandes convulsions de notre temps, et la description de la Russie en proie aux premiers assauts de la révolution, les affres de l’immigration, l’état de la France quand elle y vient et quand la guerre s’y installe, de même que le spectacle que lui offrent les Etats-Unis à son arrivée, véritables morceaux d’anthologie, laissent dans l’esprit du lecteur des empreintes profondes.

pour acheter le livre en Europe Amazon.fr
pour acheter le livre au CanadaAmazon.ca

Je suis né un jour bleu

Daniel Tammet, 28 ans, est jeune savant anglais atteint du syndrome d’Asperger (une forme particulière d’autisme), caractérisé par des capacités hors norme dans un domaine précis, en l’occurence pour lui, le calcul mental et la mémoire. Comme le personnage de Dustin Hoffman dans Rain Man, Daniel Tammet est un génie des nombres. Il a ainsi mémorisé et récité 22 514 décimes du nombre pi. Il peut extraire en quelques secondes une racine cubique ou effectuer des opérations de calcul à dix ou vingt chiffres.

Ce livre est traduit de Born on a Blue Day, best-seller sur la liste du New York Times.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca

Notice rouge

« Mon grand-père était le secrétaire général du parti Communiste américain ; j’ai décidé d’être le premier capitaliste en Russie. » Bill Browder l’a fait : en pariant sur la gigantesque campagne de privatisation des entreprises russes, son fonds d’investissement a atteint quatre milliards de dollars. Mais le 1er novembre 2009, Sergueï Magnitski, son avocat, est conduit dans une cellule d’isolation d’une prison de Moscou, menotté puis battu à mort par huit policiers. Son crime ? Avoir défendu Bill Browder contre le ministère de l’Intérieur impliqué dans une escroquerie d’un montant de 230 millions de dollars. Bill Browder abandonne alors les affaires pour se lancer dans un combat à corps perdu pour la liberté et la justice.

Pour acheter le  livre :
En Europe: Amazon.fr
Au Canada:  Amazon.ca

Thriller de haut vol, si vous aimez les romans de John le Carré, ce livre est pour vous. S'il se retrouve dans ma bibliothèque, c'est plutôt pour des raisons pédagogiques. Bien que ce livre n'ait pas de lien direct avec les thèmes de l'art, la créativité ou l'intelligence collective que nous abordons habituellement aux Cahiers de l'imaginaire, il mérite d'être lu. D'une part, il très bien écrit, le financier Bill Browder manie les mots aussi bien que les chiffres. D'autre part, son histoire autobiographique nous permet de comprendre les dessous des cartes géopolitiques d'un monde qui va mal et de constater tout le tort que font à la société certaines pratiques bien peu soucieuses de l'éthique, l'équité, l'intégrité...

Ce serait, si on lit bien Darwin, le signe avant-coureur de la disparition d'une espèce, devenant vraiment trop envahissante. Il est impossible qu'une société reposant sur ces pratiques sauvages et irrespectueuses survive encore longtemps. Bill Browder est un financier qui se réveille et décide d'agir courageusement par respect pour ses collaborateurs et ses clients. Dans sa course, il devient de plus en plus conscient du mal qui peut être fait...  Ce monde de la finance, responsable d'une grande partie des problèmes d'injustices planétaires, se remet rarement en question. Pris au piège, Bill Browder fait preuve d'une intégrité et d'une générosité qui apportent un léger espoir qu'au sein même de la communauté financière où est née le problème, il y ait des chevaliers qui pourraient aider au sauvetage in extremis et participer, avec ceux qui le souhaitent, à une  nouvelle éthique du monde.

 Bill Browder est le fils du mathématicien Felix Browder et le petit-fils d'Eartl Browder, l'ancien dirigeant  du Parti communiste américain. Il a grandi à Chicago, 
est diplômé en économie de l'Université de Chicago et détient un MBA de la Stanford Business School. Il a été le défenseur du capitalisme... il serait un bon candidat pour rejoindre les convivialistes. Il est aux premières loges pour juger à quel point les anciens modèles ne fonctionnent pas et qu'ils peuvent être des nids de corruption. Il est temps d'en inventer un nouveau...  je lui lance l'invitation. Nous serions ravis de l'accueillir pour nous aider à définir avec les jeunes générations ce à quoi pourrait ressembler un convivialisme éclairé. Un bilan et une expérience de terrain des erreurs passées seraient une bonne source d'apprentissage.

On The Move

When Oliver Sacks was twelve years old, a perceptive schoolmaster wrote in his report: “Sacks will go far, if he does not go too far.” It is now abundantly clear that Sacks has never stopped going. From its opening pages on his youthful obsession with motorcycles and speed, On the Move is infused with his restless energy. As he recounts his experiences as a young neurologist in the early 1960s, first in California, where he struggled with drug addiction, and then in New York, where he discovered a long-forgotten illness in the back wards of a chronic hospital, we see how his engagement with patients comes to define his life.

With unbridled honesty and humor, Sacks shows us that the same energy that drives his physical passions—weight lifting and swimming—also drives his cerebral passions. He writes about his love affairs, both romantic and intellectual; his guilt over leaving his family to come to America; his bond with his schizophrenic brother; and the writers and scientists—Thom Gunn, A. R. Luria, W. H. Auden, Gerald M. Edelman, Francis Crick—who influenced him. On the Move is the story of a brilliantly unconventional physician and writer—and of the man who has illuminated the many ways that the brain makes us human.

Pour acheter le  livre :
En Europe: Amazon.fr
Au Canada: Amazon.ca

Qui ne connaît pas le fabuleux Dr Sacks et ses contes cliniques ? Surtout depuis son essai: L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau mis en scène à Londres, de manière admirable, par Peter Brook.

Dans ce livre, le Dr Sacks décrit de bizarres affections qui atteignent ses patients dans leur corps, leur personnalité la plus intime et dans l'image qu'ils ont d'eux-mêmes. Il nous fait découvrir le monde de créatures étranges: un marin qui, ayant perdu la notion du temps, vit prisonnier d'un instant perpétuel ; un homme qui se prend pour un chien et renifle l'odeur du monde ; un musicien qui prend pour un chapeau la tête de sa femme et bien d'autres histoires.

Et que dire d'Awakenings (L'éveil, cinquante ans de sommeil) qui a aussi fait l'objet d'un film américain avec Robert De Niro dans le rôle du patient et Robin Williams dans le rôle du Dr Sacks. Ce livre a inspiré l'excellente pièce (A Kind of Alaska) écrite par le non moins célèbre Harold Pinter.
(...)

La pièce maîtresse est parue au mois de mai 2015, Oliver Sacks. On the move. A LIfe est bien plus qu'une autobiographie, ce livre sera sans doute traduit en plusieurs langues et viendra s'ajouter aux autres best-sellers de ce clinicien hors du commun profondément humaniste. Après le 'On the road' de Jack Kerouac, le 'On the move' d'Oliver Sacks (titre inspiré du recueil de son ami poète Thom Gunn, The sense of movement, à qui il doit d'être un meilleur écrivain), deviendra assurément un livre culte pour tous les médecins, écrivains, chercheurs assoiffés d'expériences humaines et d'une vie pleinement vécue. 

Si vous êtes en quête de modèles inspirants.... faites l'exercice : Plongez dans cette odyssée au pays des sens, de la connaissance et des humains. Je parie—quels que soient vos projets—que vous aurez un surplus d'énergie pour les réaliser.