Vous voulez innover ? Essayez le storytelling !

  Photo  : Angel Origgi, Unsplash

Photo  : Angel Origgi, Unsplash

On s’inquiète des nouvelles technologies. On tape, on n’écrit plus. On zappe, on n’écoute plus.Notre attention s’en ressent. Notre capacité de concentration s’en trouve affecté. Et que dire maintenant du risque que posent ces technologies sur les enfants.

Il y a une part de vérité dans tout cela. Mais les innovations présentent aussi des avantages. Pourquoi ne pas considérer pendant quelques minutes l’autre côté de la médaille ?

Réalité augmentée et récits d'élèves

Des chercheurs se sont penchés sur l’impact de la réalité augmentée sur la création de récits chez les élèves du primaire.

 Est-ce que le fait de recourir à la réalité augmentée favorise les talents narratifs et augmente la créativité ?

La réalité augmentée (à distinguer de la réalité virtuelle qui vise à créer une sensation d’immersion totale dans une autre réalité) est le déploiement en temps réel et selon un mode interactif de mondes virtuels imbriqués dans la réalité. Elle est de plus en plus utilisée dans les parcours d’apprentissage.

Le storytelling peut être défini comme la mise en récits d’expériences en vue de les partager. Les humains ont recours au storytelling depuis des millénaires. Sur le plan pédagogique, le storytelling favorise l’expression, la pensée critique ainsi que la pensée logique.

Pour les enfants, en particulier, la mise en récit d’une histoire leur permet de s’exprimer, de dire ce qu’ils pensent de leurs camarades, des adultes qui les entourent. Et pour ce faire, ils utilisent à la fois des mots, des images, des sons et suivent un déroulement narratif qui s’apparente à un scénario.

Une équipe de chercheurs ont sur recours à BuildAR, un outil logiciel de construction de réalité augmentée qui tente de fusionner l’infographie et le monde réel. Pour ce faire, le logiciel utilise une technique de visualisation qui consiste à superposer un contenu 3D à une image vidéo captée à partir d’une caméra qui localise, identifie et suit à la trace des marqueurs. 

 BuildAR

BuildAR

Une activité de groupe a été organisée pour que les enfants choisissent cinq objets 3D reliés au thème choisi : l’amitié.

Six personnages furent inventés : une fille, un garçon, un homme, une femme, un homme plus âgé et une femme plus âgée. Ainsi que trois décors : une pelouse, un paysage rocheux et un rivage.

Ensuite des marqueurs 2D en noir et blanc furent conçus pour accompagner les objets 3D afin que ceux-ci puissent être facilement détectables par la caméra web.

Les enfants créèrent leurs histoires sur le thème de l’amitié. Deux groupes furent formés. Le premier groupe utilisa les cartes AR et put visualiser ses personnages et ses objets sur un écran d’ordinateur ; l’autre groupe se contenta de construire ses histoires à l’aide de cartes en les disposant à leur façon.  

Les données de l’expérience furent compilées à l’aide de deux outils :

- Un index de complicité narrative comprenant treize indicateurs, permettant d’évaluer le degré de complexité des différents éléments narratifs : personnages, situations, événements, réactions, complications, etc.

- Un formulaire d’analyse de la créativité de l’intrigue. Ce formulaire permet de calculer l’occurrence d’éléments jugés créatifs, par exemple, le nombre d’objets imaginaires ou le nombre et la variété des adjectifs.        

Les enfants ayant eu recours à la réalité augmentée obtinrent de meilleurs résultats que le groupe de contrôle. Ce résultat s’explique, semble-t-il, par l’utilisation d’objets 3D. Les objets 3D sont attractifs et leur emploi rend l’histoire plus facile à comprendre. Ceci est particulièrement vrai pour les personnages que les enfants peuvent manipuler aisément et avec lesquels ils interagissent naturellement.

La durée des récits des enfants utilisant la réalité augmentée a été plus longue. De l’aveu même des enfants, l’effet-surprise qui consiste à voir surgir dans la réalité un personnage qui autrement appartiendrait au monde de l’imprimé 2D suscite la curiosité et encourage la participation. Un récit de plus longue durée pourrait aussi être dû à l’emploi d’un vocabulaire plus riche ce qui aurait pour effet d’approfondir et de complexifier la description des personnages et des événements.

Le recours à la réalité augmentée stimule la créativité des enfants. Qu’en est-il de celle des adultes ? Existe-t-il d’autres approches pour stimuler la créativité des adultes, même en entreprise ? De telles approches n’ont pas nécessairement besoin de l’apport des nouvelles technologies pour que le storytelling porte ses fruits.

Pourquoi ne pas avoir recours au jeu ?

Faire appel à la créativité pour innover, trouver de nouvelles solutions à des problèmes pressants, n’a pas besoin de se faire dans la contrainte.

Le jeu est une composante essentielle de l'être humain.

Par exemple, pour lutter contre le stress, des chercheurs finlandais ont misé sur le jeu théâtral, plus spécifiquement sur l’improvisation théâtrale.

  Photo : Marco Bianchet, Unsplash

Photo : Marco Bianchet, Unsplash

Bien que la créativité en entreprise continue de susciter beaucoup d’intérêt, peu d’études ont été consacrées à l’improvisation théâtrale pour stimuler la créativité.

Dans une entreprise, la créativité organisationnelle favorise une approche holistique qui permet d’aborder les problèmes sous un autre angle, avec une agilité que ne permet pas toujours la créativité individuelle. Elle permet également d’identifier de nouvelles orientations.

L’improvisation théâtrale est une activité collective dans laquelle des acteurs, ensemble, sans scénario écrit et sans metteur en scène, mettent à contribution leurs connaissances et expériences ainsi que celles de leurs pairs pour jouer dans l’instant présent une pièce sur un thème donné.  

Dans une improvisation collective, tout se joue au niveau des interactions entre les acteurs. Par conséquent, l’improvisation théâtrale favorise tout naturellement une culture de la participation. L’interaction entre les acteurs est plus importante que la réflexion d’un individu isolé.

L’expérience finlandaise a été réalisée dans une organisation municipale de 6000 employés, créée en 2009 et issue d’une fusion de six municipalités. La direction, devant faire face à une restructuration majeure et à des coupes budgétaires sévères, devait innover.

Trois ateliers d’une durée de trois heures ont été organisés.

Le premier avait pour objectif d’inculquer aux participants les bases de l’improvisation. Il comprenait des exercices d’expression spontanée et de réactivité face à des situations imprévues.

Le deuxième se concentrait sur l’improvisation collective en insistant sur l’importance de l’écoute et de la participation active au sein d'un groupe.

Le troisième séminaire était un rappel des exercices et une synthèse des deux premiers ateliers.

Plusieurs données furent recueillies sur une période de vingt mois : enregistrements sonores et vidéo, questionnaires, enquêtes et interviews.

Les résultats sont positifs :

-Les exercices d’improvisation théâtrale ont permis de casser les habitudes et d’ouvrir de nouvelles perspectives. En soi, cet impact a pour effet de stimuler et de canaliser la créativité des participants ;

-La nature même de l’exercice favorise la co-création. L’improvisation théâtrale met en lumière chez les participants des ressources créatives insoupçonnées et leur fait réaliser qu’ils sont en mesure de modifier leur comportement afin de mettre en valeur leur potentiel créatif ;

-Les participants découvrent chez leurs pairs une créativité parfois inattendue ce qui constitue un atout particulièrement intéressant sur le plan organisationnel.

La réalité augmentée et l’improvisation théâtrale représentent deux approches différentes. Toutes deux sont nouvelles selon des points de vue différents : la première se distingue par ses attributs technologiques ; la seconde par l’originalité qui consiste à introduire en entreprise une pratique nouvelle.

Toutes deux contribuent à stimuler la créativité. Dans les années à venir, nous serons tous confrontés à des problèmes environnementaux, politiques et sociaux aux proportions titanesques. La créativité deviendra un indicateur majeur de performances individuelles et collectives.

Tous, individus et entreprises, seront mobilisés par l’urgence de trouver des solutions innovantes. Et bien qu'un nombre croissant de tâches seront reléguées aux machines, le défi de la créativité individuelle et collective pour définir le rôle des humains est un sujet qui exigera toute notre créativité.

Je poursuis ma série sur le storytelling, ne manquez pas le prochain article Quel est votre histoire ? il fourmillera d'activités créatives pour les vacances d'été. Et l'exercice de cette semaine, dans l'esprit des ateliers de La Nouvelle École de créativité, Improviser pour innover.