SAVEZ-VOUS

Benjamin De Leener est doctorant à l'École Polytechnique de Montréal en génie biomédical. Il développe des outils de traitement et d'analyse d'images IRM de la moelle épinière.

Benjamin De Leener est doctorant à l'École Polytechnique de Montréal en génie biomédical.
Il développe des outils de traitement et d'analyse d'images IRM de la moelle épinière.

d'où viennent les aliments surgelés ?

par Benjamin De Leener

Congeler un aliment est loin d’être aussi simple que de le mettre dehors, dans la neige, et attendre qu’il soit prêt à être rangé dans le frigo. Au contraire, la vitesse et la température de congélation ont une importance extrêmement importante sur la fraîcheur et la conservation de la nourriture que vous surgelez. Clarence Birdseye, un “assistant naturaliste” et taxidermiste, s’en est rapidement rendu compte lors d’un séjour dans la péninsule du Labrador, au Canada, dans les années 1910. Les Inuits, qu’il a rencontrés pour marchander des fourrures, lui ont appris à pêcher sur de la glace très épaisse. De façon tout à fait fortuite, Birdseye s’est alors rendu compte de deux choses: premièrement, son poisson gelait immédiatement dès sa sortie de l’eau et deuxièmement, une fois dégelé, le poisson était bien plus frais que tous les autres poissons congelés qu’il avait pu manger.

Il aura fallu plusieurs années après son retour pour que Birdseye commence des expérimentations sur l’effet de la vitesse de congélation sur la fraîcheur des poissons surgelés. En investissant 7$ sur un simple ventilateur, des blocs de glace et quelques seaux de saumure, Birdseye a développé un nouveau procédé de congélation, proposant de congeler des filets de poisson avec de l’air refroidi à -43°C. Il a peu après lancé sa propre entreprise soutenant le projet: Birdseye Seafoods Inc. Malheureusement, la compagnie a fait faillite deux ans plus tard par manque de clientèle, probablement à cause de la complexité du processus.

Ce n’est qu’en persévérant que Clarence Birdseye a réussi à développer le système de congélation dit à double ceinture (voir schéma ci-dessous), fonctionnant sur le poisson tout autant que sur les légumes et les fruits. Ce projet totalement innovant, économiquement et commercialement viable, a su attirer d’importants investisseurs, permettant ainsi à Birdseye de démarrer une nouvelle entreprise, appelée General Seafood Corporation. Grâce à la qualité des produits congelés par son système, Birdseye se voit offrir, quelques années plus tard, une somme de 22 millions $ pour le rachat de sa compagnie et de ses brevets, par Goldman Sachs and the Postum Company, qui deviendra plus tard General Food Corporation (qui deviendra plus tard encore Kraft General Foods).

Depuis cette époque, le marché de la nourriture surgelée n’a fait qu’augmenter et génère des milliards de dollars chaque année. L’invention de Clarence Birdseye, grâce à sa persévérance, son audace et son attention particulière aux détails, a révolutionné notre manière de consommer la nourriture. Avant sa mort en 1956, cet homme brillant a également déposé des brevets pour des ampoules incandescentes, des lampes chauffantes à infrarouge, un harpon à baleine et une technique pour convertir les déchets du sucre de canne en pâte à papier. Birdseye s’est un jour expliqué sur sa créativité: “J’ai plus de hobbys que la loi le permet”. À méditer !