Les gens heureux

ont une histoire !

DESSIN PIERRE GUITÉ. LES GENS HEUREUX ONT UNE HISTOIRE PAR SYLVIE GENDREAU, VOTRE LABORATOIRE CRÉATIF.

DESSIN PIERRE GUITÉ. LES GENS HEUREUX ONT UNE HISTOIRE PAR SYLVIE GENDREAU, VOTRE LABORATOIRE CRÉATIF.

Les Américains sont-ils plus heureux maintenant qu’ils ne l’étaient auparavant ? 

Les chercheurs en psychologie Jean M. Twenge, Ryne A. Sherman et Sonja Lyubomirsky se sont récemment penchés sur la question. Selon leur recherche s'étalant de 1972 à 2014, les jeunes Américains sont plus heureux que les adultes plus âgés. 

Pourquoi les adolescents actuels sont-ils plus heureux et satisfaits que leurs prédécesseurs ? Pourquoi les adultes de plus de 30 ans sont moins satisfaits de leur vie ? Le point de bascule est l'année 2010. Avant les adultes de plus de 30 ans étaient plus heureux que les jeunes adultes âgés de 18-29 ans. En 2010, ils étaient à égalité. Après 2010, le lien qui existait entre le fait d’être plus heureux lorsqu’on est plus âgé disparaît. 

Mais que veut dire être heureux ? Le bonheur est subjectif puisqu'il s'agit d'un sentiment, d'un ressenti. Le vieil adage, par exemple : « l'argent ne fait pas le bonheur » convient peut-être pour ceux qui en ont, mais pour ceux qui en manquent ou on le sentiment d'en manquer, l'histoire peut être différente. Selon l'enquête, avoir une vie pleine et enrichissante contribue davantage au bonheur que d’être en santé dans une proportion de 5 contre 1. Le fait d’être heureux est aussi considéré comme un facteur de réussite dans plusieurs domaines : l’amitié, la santé, la performance au travail. 

Comment expliquer le fait que les adolescents soient plus heureux que leurs aînés ? L'évolution récente de la culture américaine vers plus d’individualisme favoriserait les adolescents qui sont plus centrés sur eux-mêmes. Les réseaux sociaux, très prisés depuis quelques années, exacerberaient les comparaisons sociales et diminueraient l’impression de bien-être, un effet qui aurait tendance à augmenter avec l’âge. 

Des attentes irréalistes concernant l'éducation, l'emploi, le niveau de vie et les relations interpersonnelles peuvent sembler réalisables pour les adolescents et les jeunes adultes, mais hors de portée pour des adultes plus âgés et expérimentés. Les inégalités de revenus affectent aussi davantage les adultes plus âgés que les adolescents et les jeunes adultes qui croient pouvoir accéder à des niveaux de revenus élevés plus tard. Une culture individualiste peut contribuer au bonheur lorsqu'une personne doit devenir adulte, mais entre en dissonance à l'âge où les responsabilités envers d'autres personnes augmentent.

L'étude ne peut être interprétée pour d'autres pays puisque plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. D'autres études américaines démontrent que le taux de violence aux États-Unis a baissé depuis les années 90, que les noirs américains s'estiment plus heureux qu'avant... bref, chaque personne ressent le bonheur à sa manière selon son âge, son sexe, sa culture et son milieu.

Comment accroître son sentiment d'être plus heureux ?

Il peut être utile de rappeler quelques fondamentaux qui sont à la base d’une vie remplie et satisfaisante. Le secret pour vivre heureux est d'avoir une vie enrichissante. Se réaliser pleinement contribue au sentiment de réussir sa vie. Par conséquent, cela requiert une attitude préventive. Rien n’est acquis. Cela implique de diriger ses intérêts à l’extérieur de soi, dans une attitude de relations créatives et cognitives avec les objets et l’environnement qui nous entourent. Les artistes sont souvent heureux parce qu'ils sont curieux et que pour traduire leurs idées dans une œuvre, ils doivent connaître différentes matières et matériaux. La curiosité est un atout fabuleux pour être heureux.

Et surtout il faut éviter tout nombrilisme — un regard trop appuyé sur soi rend de moins en moins heureux en vieillissant. L'ouverture aux autres, l'apprentissage partagé, la co-création... sont des attitudes positives à développer si l'on souhaite se sentir plus heureux.

Je viens de revenir m'installer à Montréal après plusieurs années d'absence. Ce qui me frappe : C'est la gentillesse des gens (tout âge et couleur de peau confondus) et le fait qu'ils semblent plus heureux que les Européens. Sur la rue, dans les magasins, dans les bureaux, je remarque des expressions de joie sur les visages. Il serait intéressant que des chercheurs entreprennent une étude pour nous dévoiler les secrets qui contribuent au bonheur des Montréalais et probablement à leur gentillesse.


Références :

Eagle, Maurice. Autonomy & Relatedness: Self-Realization Versus Self-Absorption. Clin Soc Work J (2013) 41:20–25. 

Tweng, J.M. and All. More Happiness for Young People and Less for Mature Adults: Time Period Differences in Subjective Well-Being in the United States, 1972–2014. Social Psychological and Personality Science
1-11. 2015. 

Hockney David, Savoirs secrets, Les techniques perdus des maîtres anciens, Seuil, Paris, 2001