Le vélo

une invention collective

Nicolas Pelé est doctorant en génie civil à l'École Polytechnique de Montréal en cotutelle avec l’Université de Lyon. Sa thèse porte sur le transport et l'aménagement du territoire

Nicolas Pelé est doctorant en génie civil à l'École Polytechnique de Montréal en cotutelle avec l’Université de Lyon. Sa thèse porte sur le transport et l'aménagement du territoire

par Nicolas Pelé 

Les premières traces du vélo datent de la fin du XVe siècle et ont été retrouvées dans le Codex Atlanticus, le recueil de dessin du célèbre Léonard de Vinci. On ne sait pas bien si ce dessin est l’œuvre de Léonard de Vinci lui-même ou bien d’un de ces élèves. Quoi qu’il en soit, ce croquis n’a pas donné de suite directement.

Il faut attendre le Baron de Van Drais de Sauerbronn qui proposa en 1817 un modèle comportant deux roues, une selle et un guidon mais pas encore de pédales. Appelé draisienne en son honneur, le principe est de donner des impulsions à l’aide de ses jambes, dans le but de « faire marcher une personne avec grande vitesse ». 

Ce n’est qu’en 1861 que Pierre Michaux et son fils Ernest, artisans serruriers mécaniciens à Paris, ont inventé la pédale qui s’appelait initialement la pédivelle. Elle servait au départ à poser ses pieds pour plus de confort, mais a ensuite été reliée à la roue avant : cette invention a abouti au fameux vélo « grand bi », avec une roue arrière très petite et une roue avant impressionnante.

 

En effet, plus la taille de la roue avant était grande, plus le vélo roulait vite pour un même effort physique. Cependant, ces vélos n’étaient pas très stables et sécuritaires. Afin de pallier ce problème, le système de transmission par chaîne est inventé, qui fonctionne à l’aide d’un engrenage plus grand au niveau du pédalier qui entraîne un engrenage plus petit relié à la roue arrière : le vélo auquel nous sommes plus familiers voit le jour. Il faut citer également l’invention du pneu (et de la roue bien évidemment il y a quelques milliers d’années) sans lesquels le vélo n’aurait pas pu exister.

Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui veulent promouvoir le vélo. C’est en effet un mode de transport qui possède de nombreux avantages : bon marché, sain pour la santé et l’environnement, performant sur les moyennes distances, peu consommateur d’espace… Les pays du Nord de l’Europe sont des bons exemples de ce que le vélo peut devenir en mettant en place des politiques de déplacements pro-vélo. Les vélos électriques sont également en progression et visent une nouvelle clientèle.

Le vélo d’aujourd’hui est donc le fruit d’une multitude de petites inventions, qui, une fois rassemblées, forment ce moyen de transport actuellement incontournable dans les politiques de mobilité durables.

L'histoire d’une invention comme celle-là, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas !


Références :

Frédérique Héran, Le retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 160 p., ISBN : 978-2-7071-8202-9.

Olivier Razemon, Le pouvoir de la pédale, Paris, Éditions de l’Échiquier, 2014.

http://www.enviesdevelo.com/Le-v%C3%A9lo-en-quelques-dates.html

http://www.toutsurlevae.org/histoire_du_velo_electrique.htm

http://www.histoire-pour-tous.fr/inventions/285-invention-de-la-bicyclette.html

http://www.toutsurlevae.org/histoire_du_velo_electrique.htm