Le récit de soi

Qui suis-je ? Selon le philosophe Paul Ricoeur, on ne peut se connaître que par le biais de l'interprétation. Ce que nous sommes change sans cesse. Il serait vain de vouloir le fixer.

Mais au-delà de ces changements constants et inévitables, une constante demeure. Cette constante, c'est ce qui, en nous, tient parole, ce qui demeure vrai et reste inchangé tout au long de notre vie et nous distingue. Cette constante mobilise, en nous, des énergies et des désirs, elle nous force à poursuivre ce que nous entreprenons malgré les obstacles et les épreuves.

Il vaut la peine de s'interroger sur ce qui constitue cette constante, car elle tisse les fils de ce que nous sommes. Cette question se subdivise en deux : Qui ? et Quoi ? Le qui et le quoi sont indissociables. Ils sont les deux composantes essentielles de ce que nous sommes.

Pour suivre la piste tout au long de notre vie, la constante qui nous engage et nous fait avancer, il faut avoir recours à un outil tel que l'autobiographie. Pris dans ce contexte, écrire une autobiographie est un exercice qui doit constamment être renouvelé. L'exercice révèle que ce que je suis évolue constamment, et que la vie ne cesse de me transformer.

L'effet révélateur peut ménager des surprises. Une bonne autobiographie met en évidence les moments cruciaux de notre existence pendant lesquels nous nous affirmons par nos actes, par les projets que nous avons réalisés ou par les échecs que nous avons essuyés. Le coeur de ce que nous sommes vraiment n'est jamais acquis, il est en transformation continuelle et prêt à poursuivre l'effort pour accomplir nos projets et réaliser nos désirs.

Le récit de soi, par le biais d'une narration interprétative mais franche, est un exercice essentiel pour mieux se connaître. L'autobiographie peut se révéler surprenante. Le passé peut alors nous sembler imprévisible, et l'avenir plus désirable et attrayant que nous ne le pensions.


RÉFÉRENCE

Grondin, Jean. Paul Ricoeur. Presses Universitaires Françaises, collection Que-Sais-Je.