L'invention des bandes

auto-agrippantes !

par Manon Sterba

L'invention des bandes auto-agrippantes par Manon Sterba, doctorante à l'École Polytechnique de Montréal en Génie biomédical

L'invention des bandes auto-agrippantes par Manon Sterba, doctorante à l'École Polytechnique de Montréal en Génie biomédical

Et si toutes les solutions se trouvaient déjà dans la nature… Au regard des nombreuses inventions qui ont changé notre quotidien, il semblerait bien que beaucoup de celles-ci reposent sur l’observation de phénomènes naturels. Prenons l’exemple des bandes auto-agrippantes. Ces bandes, aussi connues sous le nom de VELCRO en référence au nom de marque des premières bandes mises au point, font tellement partie de notre quotidien que l’on en oublierait presque qu’elles n’ont pas toujours existé. Pourtant, leur invention par George de Mestral n’est pas si lointaine. 

George de Mestral est né en Suisse en 1907. Inventif dès le plus jeune âge, il obtient son premier brevet à l’âge de 12 ans pour un modèle réduit d’avion en étoffe. Il suit ensuite des études d’ingénieur à l’école Polytechnique fédérale de Lausanne. C’est en 1941 qu’il aura l’idée des bandes auto-agrippantes. Comme souvent après ses ballades avec son chien, George de Mestral se met à retirer les fruits de bardane (petites graines) accrochés dans les poils de son chien et sur son pantalon. Un geste ordinaire qui pourtant éveillera sa curiosité. Il décide donc d’observer la structure des fruits de bardane au microscope pour comprendre le mécanisme de fixation.

A partir de ces observations, il développera le système de fixation appelé boucles crochets composé de deux bandes de fibres de nylon ayant des structures différentes qui s’associent ensemble pour former une fermeture solide et ajustable. Il dépose alors un brevet en Suisse en 1951 puis à l’échelle mondiale en 1952, année lors de laquelle il monte sa société et dépose sa marque sous le nom de VELCRO (VELours CROchet). Devenu un produit économiquement viable dans les années 60 lors de son adoption par la NASA, on le retrouve aujourd’hui dans de nombreux domaines tels que la santé, l’habillement, le packaging, le bâtiment… 

Appartenant aujourd’hui au domaine public, plusieurs marques se font concurrence sur le marché, innovant toujours plus en termes d’application et de procédés de fabrication pour miniaturiser le système et ouvrir de nouvelles possibilités. 

Le deuxième leader mondial en bande auto-agrippante produit plus d’un milliard de mètres de ruban par an et classe cette invention dans les 50 inventions les plus importantes du XXe siècle. Cela peut surprendre ou faire sourire, mais regardez autour de vous, vous en trouverez un peu partout en raison de ses nombreuses qualités : 

La simplicité, bien plus facile de fermer un scratch que de lacer les chaussures d’un enfant qui trépigne d’impatience. Son adaptabilité, plutôt pratique pour régler une attelle à la morphologie d’une personne sans passer par des étapes longues et compliquées de mesure, de conception assistée par ordinateur qui coûteraient bien plus d’argent. Sa résistance, avez-vous déjà vu un disque de ponceuse se décrocher pendant son utilisation ? D’autres applications pourraient voir le jour comme des fixations anti-séismes pour son aspect résistant, mais non permanent ou des développements dans le packaging alimentaire pour proposer une solution simple moins coûteuse que le zip traditionnel.