Finale internationale de Ma Thèse en 180 Secondes

Après Montréal et Paris, la première édition des Journées de la relève marocaine en recherche a remporté un succès retentissant. Les Cahiers de l'imaginaire étaient ravis d'y participer, nous y avons fait des rencontres avec des chercheurs d'exception que nous vous ferons mieux connaître au cours des prochains mois : La célèbre physicienne, lauréate du prix L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science pour son travail sur le Boson de Higgs avec les chercheurs du CERN, Madame Rajaâ Cherkaoui, vice-présidente pour la Recherche, l'Innovation et les Partenariats de l'Université Mohamed V de Rabat et le professeur Rachid Yazami, professeur et premier scientifique au Nanyang Technological University à Singapour, lauréat du prestigieux Prix Draper (l'équivalent du Prix Nobel pour les ingénieurs) pour l'invention de l'anode graphique pour les batteries lithium-ion. 

Les organisateurs-partenaires (tous des scientifiques)  en compagnie du président du jury. De gauche à droite : M. Aziz Bensalah, Mme Salma Dinia, le président du jury, le professeur Rachid Yazami, Mme Rajaâ Cherkaoui El Moursli et Mme Oumnia Himmi

Les organisateurs-partenaires (tous des scientifiques)  en compagnie du président du jury. De gauche à droite : M. Aziz Bensalah, Mme Salma Dinia, le président du jury, le professeur Rachid Yazami, Mme Rajaâ Cherkaoui El Moursli et Mme Oumnia Himmi

Il est toujours remarquable de découvrir des équipes dédiées et un nombre important de bénévoles qui s'unissent, chaque année, pour promouvoir l'enseignement supérieur et la recherche dans la francophonie. Ce soutien aux jeunes chercheurs est inestimable. L'ACFAS (Association francophone pour le savoir) associe Les Journées de la relève en recherche à un concours dont vous avez certainement entendu parler : Ma thèse en 180 secondes.

Madame Esther Gaudreault, directrice générale de l'ACFAS, lors de la finale internationale 2016 du concours Ma thèse en 180 secondes à Rabat.

Madame Esther Gaudreault, directrice générale de l'ACFAS, lors de la finale internationale 2016 du concours Ma thèse en 180 secondes à Rabat.

Le concours permet à des doctorants de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche.

Ce concours exige rigueur et créativité, il a été inspiré du concours Three minute thesis (3MTMD)  qui a eu lieu pour la première fois en 2008 à l’Université du Queensland, en Australie. Le concours québécois a été le premier du genre en langue française, il offre une occasion unique aux étudiants au doctorat de parfaire leurs aptitudes en communication, tout en leur donnant la possibilité de diffuser leurs recherches dans l’espace public. Les présentations des finalistes des universités sont filmées pendant la finale nationale et diffusées sur Internet, leur permettant ainsi de partager leur passion avec le plus grand nombre de personnes. Les vidéos des finalistes 2015 sont disponibles ici. (Nous ajouterons le lien des finalistes 2016 sous peu).

Pour sa troisième édition, la finale internationale du concours Ma thèse en 180 secondes s'est déroulée le 29 septembre 2016 dans le prestigieux Théâtre national Mohammed V de Rabat au Maroc. Organisée par l'Université Mohammed V de Rabat et le Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST), vingt candidats francophones issus de dix pays : Belgique, Bénin, Cameroun, France, Maroc, Québec, Indonésie, Sénégal, Suisse et Tunisie y ont participé.

Les membres du jury étaient :

  • Rachid YAZAMI, président du jury, chercheur et prix Draper 2014 ;
  • Elisabeth BAUME-SCHEINDER, directrice de l'École d'études sociales et pédagogiques de Lausanne et ancienne ministre de l'Éducation du canton du Jura, Suisse ;
  • Meryem BENSALAH CHAQROUN, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ;
  • Adrien DELIEGE, doctorant et 1er prix de la finale internationale 2015 de Ma thèse en 180 secondes ;
  • Sophie MALAVOY, directrice du Cœur des sciences de l'Université du Québec à Montréal ;
  • Abdelatif MIRAOUI, président de l'Agence universitaire de la francophonie (AUF) et président de l'Université de Cadi Ayyad de Marrakech
  • Didier POURQUERY, journaliste et directeur de la rédaction de The conversation France.
Le président du jury, le professeur Rachid Yazami dévoile le nom des gagnants lors de la finale internationale Ma thèse en 180 secondes.

Le président du jury, le professeur Rachid Yazami dévoile le nom des gagnants lors de la finale internationale Ma thèse en 180 secondes.

En 2016, comme le titrait le Journal le Monde, la finale 2016 a fait la part belle aux doctorantes. Des étudiantes suisse, québécoise et marocaine ont été distinguées, ainsi qu’un thésard français, lors du concours de vulgarisation scientifique.

Pour la première participation de la Suisse, c’est Désirée Koening, étudiante à l’université de Fribourg, qui a obtenu le premier prix, pour sa thèse intitulée « Mécanisme de régénération des organes chez le poisson-zèbre ». Le deuxième prix a été attribué à Maud Gratuze, de l’université Laval pour ses travaux sur l’« Impact du diabète sur la phosphorylation de la protéine tau dans la maladie d’Alzheimer ». Le troisième lauréat est Français, Nicolas Urruty, doctorant de l’INRA à l’université de Poitiers, qui s’est penché sur l’« Impact de la réduction des pesticides sur le rendement du blé en France ».

Le prix du public a été décerné à une étudiante marocaine, Chaimae Samtal (université Sidi-Mohamed-Ben-Abdellah, à Fès) pour sa thèse « Cancer de la prostate dans la population marocaine : identification moléculaire, profils de risque et thérapie ciblée ».

L'accueil des Marocains a été formidable et chaleureux. La cérémonie s'est terminée par un repas traditionnel de fête pour les doctorants participants, les membres du jury et les délégations des différents pays.
 

Au Québec, l'équipe de l'ACFAS fait un travail remarquable pour promouvoir Ma Thèse en 180 secondes et les Journées de la relève en recherche qui deviennent de plus en plus populaires auprès des jeunes chercheurs. La directrice générale, Madame Esther Gaudreault, a su communiquer sa passion et tisser des liens entre les différentes communautés scientifiques, contribuant ainsi au rayonnement de l'enseignement supérieur et de la recherche auprès d'un large public. 

Esther Gaudreault, directrice générale et sa fidèle assistante, responsable de la communication et des projets, Céline Bézy.

Esther Gaudreault, directrice générale et sa fidèle assistante, responsable de la communication et des projets, Céline Bézy.

Lors de la remise des prix à la relève qui s'est déroulée à Montréal quelques jours avant l'événement marocain, la Ministre responsable de l'Enseignement supérieur du Québec, Mme Hélène David, a rendu un vibrant hommage à Madame Esther Gaudreault qui a annoncé son départ à la retraite en décembre 2016. Elle manquera à tous. Femme passionnée et dévouée à la cause, elle a su tisser des liens entre les différentes communautés scientifiques pour faire évoluer ces événements de manière spectaculaire.

La Ministre de l'enseignement supérieur, Madame Hélène David, lors la remise des prix à la relève qui s'est déroulée à Montréal le vendredi 23 septembre 2016.

La Ministre de l'enseignement supérieur, Madame Hélène David, lors la remise des prix à la relève qui s'est déroulée à Montréal le vendredi 23 septembre 2016.

Bravo et merci à Esther Gaudreault d'avoir contribué à l'essor de Ma thèse en 180 secondes et aux journées de la relève en recherche, soutenue, depuis décembre 2015, par un président qui est aussi un homme hors du commun. Frédéric Bouchard, vice-recteur associé à la recherche, à la découverte, à la création et à l’innovation à l’Université de Montréal, professeur au département de philosophie de l’Université de Montréal, et le premier titulaire de la chaire ÉSOPE de philosophie (2014-2016). Il est membre et a été le directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST 2014-2015). 

Dans son discours de clôture, il a conseillé aux étudiants de ne pas s'excuser d'occuper leur temps à créer de la valeur pour la société en faisant de la recherche. 

L'allocution de clôture de M. Frédéric Bouchard lors de la remise des prix à la relève qui s'est déroulée à l'université de Montréal en septembre 2016.

L'allocution de clôture de M. Frédéric Bouchard lors de la remise des prix à la relève qui s'est déroulée à l'université de Montréal en septembre 2016.


Sources:

http://www.acfas.ca/prix-concours/ma-these-en-180-secondes/a-propos


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/09/30/la-finale-internationale-de-ma-these-en-180-secondes-a-fait-la-part-belle-aux-doctorantes_5006221_4401467.html#E6vWlszlBfXmiKP9.99

http://fredericbouchard.org/biographie/