La créativité

et le cerveau !

Partager ses idées avec d'autres, dans le cadre d'une session de brainstorming par exemple, peut être une excellente façon de stimuler sa créativité en autant qu'on respecte les règles pour que chacun puisse s'exprimer. Rappelez-vous le post Tempête d'idées qui propose un mode d'emploi pour mettre toutes les chances de son côté afin d'obtenir de meilleurs résultats. 

La pratique 'officielle' du brainstorming (remue-méninges en français) a été popularisée par le publicitaire américain Alex F. Osborn qui était frustré par l'incapacité de ses employés de trouver des idées créatives pour les campagnes de publicité de leurs clients. Il développa une méthode qu'il décrit une première fois, dans un livre publié en 1948, Your Creative Power. L'intérêt suscité et les résultats obtenus l'ont encouragé à poursuivre et à approfondir la méthode dans un deuxième livre, publié cinq ans plus tard, Applied Imagination. Ce n'est donc pas d'hier que la méthode de brainstorming est utilisée pour faire émerger des idées. La différence est que désormais ces approches sont de plus en plus populaires et utiles dans tous les domaines d'activités.

Les techniques pour stimuler la pensée créative sont nombreuses, voici un schéma qui en présente quelques-unes associées au brainstorming.

Remarquez qu'une personne seule peut aussi avoir recours à ces techniques même si la notion de brainstorming est plutôt associée à un groupe de personnes. Ces pratiques sont une façon d'exercer son cerveau à jouer avec les mots, les images et les idées. C'est comme un sport, plus on le pratique, plus on devient habile.

 

Il peut aussi être utile de se rappeler quelques règles de base pour réussir une séance de brainstorming. Personnellement, je préfère diviser les groupes en petits cercles de cinq personnes, d'autres préféreront des groupes plus nombreux.

Que se passe-t-il dans notre cerveau
pendant
une session de brainstorming ?

Des études d'imagerie par résonance magnétique ont été menées en Autriche pendant des séances de brainstorming. Les résultats démontrent une augmentation de l'activité cérébrale dans différentes zones : le carrefour temporo-pariétal de l'hémisphère droit, le cortex préfrontal, ainsi que le cortex cingalaise postérieur.

Ces régions du cerveau jouent un rôle important dans la compréhension du langage, de la mémoire et des processus de l'attention. La stimulation cognitive dynamiserait de façon particulière les processus de l'attention et de la compréhension.

Une autre étude menée aux Pays-Bas montre que la pensée divergente qui est à la base du brainstorming augmente le degré de connectivité du cerveau des adolescents et qu'un entraînement de quelques semaines crée un effet durable que les chercheurs ont observé même dans un cerveau à l'état de repos. 

La créativité n'est donc pas l'apanage de quelques rares individus qui en seraient pourvus à la naissance. Les techniques de stimulation, tel que le brainstorming fonctionnent. On peut accroître notre créativité, tout comme pour la pratique d'un sport. Les effets de cet entraînement sur le cerveau sont maintenant confirmés scientifiquement même si on ne comprend pas encore tous les mécanismes en jeu.


Références :

Cousijn, Janna et all. The Relation between Resting State Connectivity and
Creativity in Adolescents before and after Training. PLOS ONE. www.plosone.org. 1 September 2014, Volume 9, Issue 9.

Fink, Andreas and all. Enhancing creativity by means of cognitive stimulation: Evidence from an fMRI study. NeuroImage 52 (2010) 1687–1695.

Gundy, Arthur B. 101 Activities for Teaching Creativity and Problem Solving. Pfeiffer, 2005.