Jeux vidéo

Nouvelle forme d'art ?

Photo : Pierre Guité,  Jeux  vidéo, Nouvelle forme d'art ? par Sylvie Gendreau, Votre laboratoire créatif

Photo : Pierre Guité,  Jeux  vidéo, Nouvelle forme d'art ? par Sylvie Gendreau, Votre laboratoire créatif

Qu’est-ce que l’Art ? C’est l’Art qui se fait.

L’art du jeu vidéo n’a rien à envier aux autres formes d’art. C’est un art global qui a recours à toutes les techniques actuelles de production et de représentation artistiques. La réalisation de jeux vidéo nécessite la mise en place d’équipes multidisciplinaires, allant du scénariste jusqu'au musicien en passant par le dessinateur, le sculpteur, le photographe, l'éclairagiste, l'infographiste et l'informaticien. Pour concevoir des jeux vidéo, les artistes font un grand usage des technologies les plus récentes telles que la rotoscopie1 et la modélisation 3D avancée sans bouder pour autant les approches traditionnelles.

Cela n'a rien d'étonnant. De tout temps, les artistes ont eu recours aux dernières innovations pour explorer de nouveaux modes de production et de représentation. Pensons seulement à la technique de Camera Obscura2. Quand les artistes ne sont pas à l'origine des inventions, ils en sont souvent les premiers utilisateurs.

La palette offerte aux artistes contemporains s’est enrichie d’outils informatiques qui leur permettent de dessiner, peindre ou sculpter en enregistrant, modifiant, ou partageant leurs images en temps réel aux quatre coins de la planète. Toutefois, œuvre traditionnelle ou numérique, c’est bien sûr toujours l’artiste qui dessine avec un geste créatif similaire. L’ordinateur ne remplace pas l’artiste : il n’est qu’un outil supplémentaire.
— L'atelier d'artistes, L'art dans le jeu vidéo5

Un artiste, de par nature, est un chercheur. Lorsque les apprentis dans les ateliers de peinture cherchaient des pigments spéciaux, ils travaillaient avec les fabricants de pigments pour obtenir des couleurs toujours plus lumineuses telles que le magnifique outremer issu de la pierre lapis-lazuli. À la Renaissance, le coût de l'outremer était si élevé qu'il se trouvait fréquemment spécifié dans les contrats de commande de tableaux. Il n'était pas rare que le commanditaire doive lui-même acheter le pigment et le fournir au peintre. Raphaël, Léonard de Vinci et Michel-Ange ont utilisé ce pigment qui a été remplacé au XIXe siècle par une formule de synthèse.3

C'est dans la nature même des artistes d'explorer de nouvelles avenues et de faire une place importante à l’itération. La vie d'un créateur est un aller-retour incessant entre ce qui est conceptualisé et le résultat obtenu. À l’instar des artistes d’autrefois qui affinaient et reprenaient leurs esquisses encore et encore, comme en témoigne l'analyse des toiles des grands maîtres, qui mettaient à jour des projets successifs avant la réalisation de l'oeuvre finale.  

On peut critiquer le fait que les jeux vidéo soient souvent le support de thématiques violentes et guerrières. Quelle que soit l’époque, les artistes ont toujours été tributaires de leurs mécènes, ceux qui détiennent les cordons de la bourse : À la Renaissance, c'était l’église et les nobles ; aujourd'hui, pour les jeux vidéo, le mécène est le grand public. Ce sont les joueurs-spectateurs qui permettent à l’industrie du jeu vidéo de prospérer. Il existe de très nombreuses thématiques dans les productions des studios : l'aventure-action, l'exploration, la stratégie, la poésie vidéo-ludique, ou encore la simulation sportive. »4

Créer avec les outils disponibles devient de plus en plus fascinant. Quel que soit le thème retenu, désormais l'immersion offre d’extraordinaires possibilités de création. Et comme le dit le président du Musée d'Art-Ludique à Paris, pour la première fois de l'Histoire de l'humanité, les artistes et les scientifiques utilisent le même outil. Les créateurs de jeux vidéo développent de plus en plus leurs talents pour susciter un fort pouvoir évocateur et éveiller chez les spectateurs-acteurs de puissantes émotions. N'est-ce pas exactement ce que l’on attend d’une oeuvre d’art contemporaine ?


Références :

1. La rotoscopie est une technique cinématographique qui consiste à relever image par image les contours d'une figure filmée en prise de vue réelle pour en transcrire la forme et les actions dans un film d'animation. Ce procédé permet de reproduire avec réalisme la dynamique des mouvements des sujets filmés. (Wikipédia)

2. Une chambre noire (en latin camera obscura) est un instrument optique  objectif qui permet d'obtenir une projection de la lumièresur une surface plane, c'est-à-dire d'obtenir une vue en deux dimensions très proche de la vision humaine. Elle servait aux peintres avant que la découverte des procédés de fixation de l'image conduise à l'invention de la photographie. (Wikipédia)

3. Le bleu outremer ou outremer est un bleu profond, obtenu par broyage de la pierre fine de lapis-lazuli puis fabriqué synthétiquement à partir du XIXe siècle. (Wikipédia)

4. L’Art dans le jeu vidéo. Art Ludique - Le Musée. Catalogue de l’exposition. Paris, 2015.

5. L’Art dans le jeu vidéo. Bis.