LA CRÉATIVITÉ POUR TOUS ! 

Les deux frères Kelley, Tom (associé chez IDEO et auteur du best-seller The Heart of Innovation) et David (fondateur d'IDEO et de la d.School à l'Université Stanford), ont publié en 2013, un des meilleurs guides en design thinking et en créativité. Avec leur 30 ans d'expérience, le duo est qualifié pour parler du sujet. Les experts du domaine connaissent la plupart des approches et des méthodes qu'ils présentent.

Pour ceux, qui, comme moi, sont familiers avec ces concepts depuis plusieurs années, ce livre ne vous apprendra pas énormément, bien qu'il ait le mérite d'être une synthèse agréable à lire. Illustré des nombreux exemples qui ont fait la réussite des frères Kelley et de leurs amis et collègues, l'ouvrage est un bon guide pratique. Sa plus grande force est de contribuer à étendre ces méthodes et cette philosophie, de manière pragmatique, à un plus grand nombre de personnes. Pour tous ceux qui ne sont pas encore familiers avec le Design Thinking, cet ouvrage est un outil qui vous fera gagner du temps.

Tom et David ont écrit ce livre pour célébrer la rémission du cancer de David. Les deux frères, très unis, voulaient marquer une pause — après la maladie de David — pour passer du temps ensemble. Écrire ce livre en duo leur a semblé la meilleure idée qui, de surcroît, leur permettrait de partager leurs réflexions et leurs expériences avec d'autres.

Leur constat de départ : Tous les enfants, sans exception, font preuve d'imagination. Malheureusement en grandissant à cause de la socialisation et de la formalisation des écoles et des entreprises... la plupart affaiblissent jusqu'à perdre cette force créatrice qui est en eux pour se conformer aux normes.

Au vingtième siècle, nous avons été les champions de la sur-spécialisation. On était rapidement classé créatif ou pragmatique, comme si on ne pouvait être les deux à la fois. Ceux qui étaient du côté des créatifs étaient souvent considérés comme des marginaux. Fort heureusement, les choses ont changé. Une étude récente d'IBM montre qu'on rechercherait désormais des leaders qui savent faire preuve de créativité. Il est désormais indéniable qu'une grande entreprise (Procter & Gamble, General Electric, Apple, Google, Facebook.... ) autant qu'une start-up doit une grande partie de son succès à la créativité de ses équipes. Depuis ce constat, de plus en plus d'écoles de commerce et d'universités ont ajouté 'la créativité' dans leur cursus officiel.

Mais que veut dire enseigner la créativité ? Certains le font depuis fort longtemps et ils sont passés maîtres en la matière, c'est le cas de la d.School à Stanford en Californie, fondée par David Kelley.

« Les étudiants viennent souvent à la « d.school » de l'Université Stanford (officiellement connue comme l'Institut Hasso Plattner de Design) pour développer leur créativité. Les clients qui travaillent avec IDEO, une société conseil en innovation, le font pour la même raison. Mais en cours de route, nous avons appris que notre travail n'est pas de leur enseigner la créativité, mais plutôt de les aider à retrouver confiance en leurs capacités naturelles pour trouver de nouvelles idées et le courage de les concrétiser. Nous faisons cela en leur donnant des stratégies pour vaincre quatre peurs qui nous concernent tous :

  1. La peur de l'inconnu ;
  2. La peur d'être jugé ;
  3. La peur de la première fois ;
  4. La peur de perdre le contrôle.

Plus facile à dire qu'à faire, vous pourriez argumenter. Mais nous savons que c'est possible, pour toutes les personnes, de surmonter la plupart de leurs peurs profondes. »

Cette conviction, ils l'ont acquise en examinant les travaux d'Albert Bandura, un psychologue de renommée internationale et professeur à Stanford qui a aidé des gens à vaincre leurs phobies des serpents en les guidant à travers une série d'actions qui leur fait franchir graduellement de petites étapes qui deviennent de plus en plus exigeantes.

Ils commencent en regardant un serpent à travers un miroir. Une fois à l'aise, ils progressent en l'observant depuis une porte ouverte, puis regardent quelqu'un d'autre toucher au serpent, puis le touchent eux-mêmes avec un gant de cuir épais, et, enfin, en quelques heures, ils arrivent à le toucher avec leurs mains nues. Bandura appelle ce processus 'la maîtrise guidée'.

Ces personnes ne sont pas seulement guéries d'une peur paralysante qu'elles pensaient incurable, elles souffrent moins d'anxiété. De sorte qu'elles connaissent du succès dans d'autres aspects de leur vie en continuant à relever des défis (cours d'art oratoire, équitation...). En vainquant leur plus grande peur, elles ont acquis une nouvelle confiance en leurs capacités de réussir ce qui leur aurait semblé impossible avant.

« Nous avons utilisé la même approche au cours des 30 dernières années pour aider les gens à transcender les peurs qui bloquent leur créativité. Petit pas par petit pas, on réussit à développer un sentiment de confiance. La créativité est quelque chose qui se pratique tous les jours.  On peut se sentir un peu mal à l'aise au début avec le processus, mais le malaise s'estompe rapidement, comme pour les personnes qui ont peur des serpents, la peur est remplacée par une nouvelle confiance en leurs capacités créatrices et le désir de se surpasser.

Choisissez une ou deux premières expériences, sachant que toutes ne réussiront pas. Et commencer à dessiner une autre vie. Avec effort, pratique et apprentissage continu, vous pourrez vous aussi ré-imaginer votre vie et votre carrière une fois que vous aurez gagné votre confiance créative.
— David et Tom Kelley

Ce qu'il faut retenir :

1. Croire en ses capacités créatrices (peu importe le domaine dans lequel on œuvre) ;

2. Être convaincu qu'on peut toujours apprendre et progresser (mentalité de croissance) ;

3. Développer une culture qui encourage la créativité en toutes circonstances ;

4. Pratiquer quotidiennement (la créativité est comme un muscle) pour que cela devienne naturel.


L'autre élément essentiel est de ne pas travailler seul dans son coin, mais plutôt d'aller sur le terrain. Combien de projets sont parfois imaginés de manière théorique ou abstraite... avec une ignorance d'éléments qui feront toute la différence à la ligne d'arrivée. L'approche du Design Thinking est une approche inversée. On va d'abord voir ce qui se passe sur le terrain, on commence par le concret. C'est seulement dans un deuxième temps, qu'on réfléchit de manière plus abstraite aux grandes configurations du modèle. Cette approche permet de mieux cibler les problèmes, de sorte que les idées ont plus de chance de devenir des innovations, car elles répondent à un véritable besoin.

Capture d’écran 2015-03-14 à 11.05.17 PM.png

LE TEMPS OÙ ON OPPOSAIT L'ÉCONOMIE À L'ENVIRONNEMENT TEND À DISPARAÎTRE. EN FAISANT VRAIMENT APPEL À L'INTELLIGENCE CRÉATRICE, ON PEUT TROUVER DES SOLUTIONS HARMONIEUSES QUI TIENNENT COMPTE DE TOUS LES ASPECTS EN MÊME TEMPS.  C'EST CET ÉQUILIBRE QU'IL FAUT RECHERCHER ET C'EST CE QUE PERMET DE FAIRE LA MÉTHODE DU DESIGN THINKING.

Les frères Kelley, tout comme IDEO, sont complètement accros aux deux outils : Les post-its et les cartes mentales. Ils les utilisent en toutes circonstances. C'est aussi un outil que j'utilise abondamment pour préparer un article, un cours ou résumer un livre comme le résumé de leur livre avant d'écrire ce billet  !

Un dernier point, parmi les cartes, ne pas oublier la carte d'empathie pour se mettre à la place de l'autre et comprendre ce qu'il pense, ce qu'il ressent, ce qu'il entend, ce qu'il voit, ce qu'il dit, ce qu'il fait...

Pour ceux que cela intéresse, en 2012, David Kelley a évoqué les grandes périodes de sa vie lors d'une conférence sur Ted.com et, bien sûr,  sur l'histoire d'Ideo et de la d.School de Stanford.

LES EXERCICES DE CRÉATIVITÉ QUE M'INSPIRE CE LIVRE...

1. LE POINT DE BASCULE —La créativité rend heureux à partir du moment où on décide d'essayer... faire un premier petit pas vers une expérience éloignée de ce que nous avons l'habitude de faire ou d'accomplir... le faire avec d'autres est encore plus amusant. Et surtout ne pas avoir peur de l'échec... c'est ainsi qu'on apprend.

2. LE POINT D'INTERROGATION —Partir à la découverte de l'autre avec une ou deux questions en poche. Le monde est fait pour être découvert. Développer sa curiosité envers les autres, ne pas se fier aux apparences. Entretenir une conversation qui va au-delà des formules de politesse.

3. LE POINT D'EXCLAMATION —Griffonner. Dessiner ses idées. Et les prototyper en les faisant voir à notre entourage pour obtenir leur avis et améliorer le concept.

4. LES CARTES —J'ai aussi pris cette habitude de faire des cartes pour tout, c'est une excellençon d'organiser ses idées. Construire des cartes mentales et des cartes d'empathie pour tous nos projets... permet d'être plus créatif et mieux organisé.