MAYA et ZA-K

Sarah Carnu

Sarah Carnu

Ah ! Les plaisirs de la création. 

Sarah a imaginé un thème autour d'une histoire d'amour ou d'amitié...  à vous de voir...  entre un robot cultivé et une adolescente pleine de vie. Dès qu'elle a partagé son histoire, Ariane et Louise ont vibré, cela leur parlait ! 

Le trio s'est formé pour élaborer une histoire pleine de rebondissements entre Maya et Za-k.

Voici la belle histoire imaginée par ce trio où la chimie des imaginaires a fonctionné à merveille... une illustration parfaite de ce que l'on peut accomplir lorsque l'intelligence collective est à son meilleur.

MAYA ET ZA-K

par Louise Rachel Barry, Sarah Carnu et Ariane Gamache

Nous sommes dans une ère post-apocalyptique, les humains vivent sous terre depuis déjà une centaine d’années. Ils ne peuvent plus vivre sur terre car l’éclatement d’une bombe nucléaire, la plus puissante jamais inventée, a entraîné des radiations partout dans l’atmosphère. Des radiations qui, malgré toutes ces années, présentent encore de nombreux dangers de maladies et de mort pour la race humaine.

Les survivants ne peuvent plus supporter l’atmosphère de la terre et les rescapés, ceux qui ont réussit à se cacher sous terre avant l'explosion, ont dû apprendre à vivre et à survivre à l'aide de ce qu'ils ont ramené des ruines et des décombres sur terre. De toute l'histoire de l'humanité, jamais catastrophe n'a été aussi effrayante et n'a causé autant de ravages. Une catastrophe tellement effroyable qu'aujourd'hui encore on l'appelle la presque fin du monde.

Il y a 100 ans, avant la catastrophe, les humains vivaient relativement bien. Personne n'était riche, mais personne n'était pauvre. La terre était déjà surpeuplée et des mesures pour diminuer la taille de l'humanité avaient été mises en place. Des mesures qui, grâce aux robots, avaient été relativement bien acceptées par la population. Les humains avaient vite compris que, s'ils voulaient profiter des robots qui les libéraient de toutes les tâches quotidiennes et ennuyantes ils devaient cesser de se reproduire. Un humain, un robot était, à l'époque, la limite que la terre pouvait supporter.

Survivre après la catastrophe n'a pas été facile. Il a d'abord fallu rassembler les survivants, enterrer les morts, soigner les blessés, créer des comités et organiser la survie. Ce sont les plus âgés qui, finalement, se sont sacrifiés. Ce sont eux qui, malgré les radiations, sont retournés sur terre par équipes de deux ou de quatre et ont ramené de la nourriture, des médicaments, des outils, des couvertures, des habits, des meubles et divers articles qui servent encore aujourd'hui. Ces vieux sont tous morts aujourd'hui, mais c'est grâce à eux que les plus jeunes de l'époque ont pu survivre.

Toux sèche, teint terreux, atmosphère poussiéreuse, la 3e Guerre Mondiale avec ses super bombes nucléaires a malheureusement contraint les survivants à vivre sous terre et à laisser derrière eux, ou plutôt au-dessus d’eux tout ce qui faisait partie de leur bien-être et de leur confort dont leurs robots domestiques devenus trop encombrants.

Des méfaits, des délits et des crimes ont été commis, des criminels ont été emprisonnés, mais le bon sens a presque toujours prévalu. La vie était difficile, mais chacun s’estimait alors chanceux de se compter parmi les rescapés d'une guerre qui avait tout détruit. La plupart des survivants ont appris à vivre et à survivre ensemble sous terre. Ils étaient relativement heureux et, surtout, ils appréciaient d'être encore en vie.

Aujourd'hui, 100 ans après cette presque fin du monde, la vie sous terre s'est grandement modifiée. Le manque de ressources et une cohabitation devenue extrêmement difficile ont entraîné des restrictions importantes dont l’interdiction absolue de procréer. Des restrictions qu'une partie de la communauté humaine souterraine a toujours eu énormément de difficultés à accepter et à respecter.

La situation est maintenant très sérieuse. Tout va de pire en pire, le temps manque et des solutions doivent être trouvées. Il s'agit, entre autres, de voir s'il est possible de retourner sur terre. Une majorité de gens vieillissants, mal nourris et malades vivent dans un espace restreint pas du tout adapté à leur condition précaire. Ils sont en colère et prêts à se révolter et à se battre. L'atmosphère est maintenant lourde de menaces et de dangers.

Anciennement, et malgré l’interdiction, certains membres de la communauté ont enfreint le règlement qui les interdisait de procréer. Ils étaient encore suffisamment jeunes, ils étaient amoureux et des enfants sont nés de ces unions. Des enfants qui, aujourd'hui, sont devenus de jeunes adultes et qui, malgré les privations, se sentent plus puissants que leurs aînés et à même de forger un nouveau monde. Ils veulent retourner sur terre, créer un monde dans lequel ils auront accès à un air et une eau non pollués, des terres habitables, une éducation de qualité et de meilleures perspectives de développement. La communauté souterraine avait, à l’unanimité, accepté de laisser vivre ces enfants mais, dès qu'ils étaient devenus adultes, ils devaient braver les radiations nucléaires, effectuer des fouilles sur la surface de la terre et ramener tout ce qui pourrait s'avérer utile à la communauté. Un châtiment qui n'a jamais été appliqué. Ces enfants étaient aimés de tous et personne n'a jamais voulu les voir mourir.

Parmi ces enfants, Maya à la crinière rousse et aux immenses yeux verts. Une jeune adulte relativement petite mais extrêmement déterminée, indépendante et énergique. Elle n’en fait toujours qu’à sa tête. Depuis qu'elle est toute petite, elle explore son univers souterrain. Aujourd'hui par contre, elle est devenue particulièrement intéressée par cette surface de la Terre qu'elle n'a pas connue et qui l'intrigue au plus haut point.

Lorsqu'elle était enfant, ses multiples explorations l'avaient amenée à un tunnel qui, elle l'a découvert par la suite, avait été creusé vers la surface de la Terre par les anciens, par ceux qui ont permis à la communauté souterraine de survivre. Une Terre au sujet de laquelle personne ne parle plus ou rarement et un tunnel que plus personne emprunte.

Il n'en faut pas plus à Maya pour être vraiment intriguée et vraiment décidée. Elle ne sait pas pourquoi il est défendu d'aller sur la surface de la Terre. Personne ne le sait on dirait. La plupart de ses questions restent toujours sans réponses. Elle veut voir, elle veut comprendre et, surtout, elle est prête à tout pour découvrir cette Terre pleine de controverses sur laquelle a vécu ses ancêtres.

Un jour, alors qu'elle se retrouve seule, ce qui est très rare dans ce monde souterrain surpeuplé, elle décide d'emprunter ce fameux tunnel qu'elle connaît depuis si longtemps. Elle a un peu peur quand même. Tout peut arriver. Que s'est-il passé sur cette Terre où personne ne peut retourner ?

La montée par le tunnel se passe quand même bien. L'échelle en métal existe encore et sa solidité est très peu affectée. Ni le temps, ni la rouille, ni l'usure ne l'ont abîmée au point de la rendre inutilisable. Le chemin est long par contre. Une heure déjà et la fatigue commence à se faire sentir. Tout à coup des bruits de métal. Maya s'arrête, écoute puis décide de continuer. Sa curiosité l'emporte, quitte à le regretter ensuite.

Plusieurs barreaux d'échelle plus tard, elle ne les compte plus, elle est trop nerveuse, Maya voit et sent des choses qu'elle n'a jamais vues ou senties auparavant. Ce qu'elle voit lui fait cligner des yeux et ce qu'elle sent sur sa peau lui donne des frissons. Elle monte un dernier barreau, risque un œil et ce qu'elle voit la renverse. Devant elle, une multitude de robots qu’elle n'avait jamais vu avant, mais qu’elle croit dangereux. Elle s'est toujours demandé si c'étaient les robots qui avaient créé cette super bombe nucléaire, l'avait fait sauter et avait détruit la Terre et presque toute l'humanité.

Malgré son courage, Maya est tellement surprise, elle a tellement peur qu'elle perd pied et tombe un bon moment jusqu'à ce qu'elle réussisse à attraper un barreau, à se hisser et à reprendre pied. Maya est de nature aventureuse et, malgré sa peur, malgré sa chute et malgré sa combinaison déchirée et usée, elle veut absolument retourner sur la surface de la Terre. Elle est curieuse et, malgré les risques auxquels elle s'expose, sa soif de savoir prend le dessus et elle repart explorer cette Terre totalement inconnue.

Cachée dans un bâtiment qui lui semble vide et poussiéreux, Maya ne peut s'empêcher d'observer par une fenêtre ce monde robotisé qu’elle n'a jamais connu. Elle est particulièrement intéressée par ces robots mécanisés qui, laissés à l’abandon ont fini par se regrouper et par former une communauté qui lui semble bien réglée et bien organisée.

Malgré ses peurs Maya, toute à ses découvertes, néglige de se cacher. Les robots l’aperçoive et, surpris et se sentant menacés, ils la poursuivent et tentent de l'attraper. Maya prend alors la fuite et réussi à semer les robots et à se réfugier dans un autre bâtiment qui, lui aussi, lui semble vide.

Ce bâtiment est très différent du premier. D'abord il est très propre, très bien entretenu. Ensuite, il est formé d'un très grand nombre d'allées avec, de chaque côté, des rangées de tablettes où sont classés des livres de toutes les tailles et de toutes les formes. Maya sait lire, on lui a enseigné mais jamais de toute sa vie elle a vu tant de livres. Elle est absolument fascinée.

Un bruit la fait se retourner et c'est alors qu'elle remarque pour la première fois un étrange robot qui, dans une autre allée, est en train de ranger des livres et de mettre de l'ordre. Elle sait que c'est un robot même si c'est la première fois qu'elle en voit un de si près. Curieusement, elle n'a pas du tout peur, elle est plutôt très intriguée. Lui aussi semble intrigué. Il a entendu du bruit, s'est retourné mais il ne bouge plus et ne dit rien.

Maya très curieuse et très fébrile s'avance vers le robot, dit son nom et lui demande le sien. Maya notre Mère-Terre lui répond le robot. Je suis ZA-K, descendant de la grande lignée du cycle des Robots. Enchantée lui dit Maya. Enchanté lui répond le robot.

Maya se souvient tout à coup de ce vieux monsieur qui aimait lui parler des robots, ceux d'avant le 3e guerre mondiale. Un robot, disait-il, est un dispositif mécatronique, c'est-à-dire, un dispositif qui allie mécanique, électronique et informatique. Un robot accomplit automatiquement soit des tâches dangereuses, pénibles, répétitives ou impossibles pour les humains, soit des tâches plus simples mais en les réalisant mieux que ce que fait un humain.

Pendant deux jours et une nuit ZA-K et Maya ont partagé leur histoire. ZA-K a raconté à Maya l'histoire des humains depuis la création des premiers robots serviteurs. ZA-K lui a parlé de ces humains devenus tellement paresseux et tellement insouciants que, en moins d'un siècle, ils en sont venus à ne plus se soucier de rien et à tout confier à leurs robots. Jamais le monde des humains n'avait eu à faire face à autant de problèmes en même temps. Une 3e guerre mondiale a finalement éclaté et une super bombe nucléaire a détruit toute la surface de la Terre.

Puis, ce fut au tour de Maya de raconter à ZA-K les terribles années que les humains ont vécues sous terre pendant si longtemps. Elle a parlé de la maladie, de la faim et de la coexistence dans un espace aussi restreint, aussi insalubre et aussi atroce. Elle a aussi parlé de la résilience des humains sous terre, de leurs regrets et de la honte qui maintenant les envahit. Puis, elle lui a parlé de ces jeunes comme elle qui, malgré les privations, se sentent plus puissants que leurs aînés et à même de forger un nouveau monde.

Ils ont beaucoup pleuré tous les deux, mais ces deux jours et une nuit leur ont quand même permis de partager non seulement leurs malheurs, mais aussi leurs espoirs. Ils sont maintenant convaincus que les humains et les robots sont désormais capables de vivre en harmonie sur la surface de la Terre.

Maya a enseigné à ZA-K comment communiquer et comment devenir plus accessible, plus sensible et plus compréhensif face aux humains et ZA-K a enseigné à Maya comment développer une vision rationnelle et comment échanger avec les robots d'une façon logique, raisonnable et conforme au bon sens. Chacun a sa mission maintenant, ZA-K doit partager ses nouvelles connaissances avec chacun des robots de sa communauté et Maya doit partager les siennes avec la communauté humaine qui est la sienne.

Leur but ultime, celui qu'ils sont maintenant convaincus d’atteindre, est de réunir leurs deux communautés sur la terre, pour toujours et en complète harmonie. uj MAYA ET ZA-K


Vous avez aimé... un peu, beaucoup, à la folie ? Vous avez des idées pour améliorer leur conte ? Écrivez-leur des commentaires en dessous...

Venez découvrir comment ils ont mis leur histoire en scène. Leur spectacle sera présenté pendant La Nuit des Robots. 

Réservez votre soirée le samedi 27 février, de 21h00 à minuit. Participez à la Nuit des robots à l'échoFab, 355 rue Peel (au coin de Wiliam) pour vivre une soirée pleine de surprises, d'humour et de poésie. Voyage dans l'imaginaire !