Demain

partout dans le monde, des solutions existent !

L'actrice-réalisatrice Mélanie Laurent était enceinte de son premier enfant quand son compagnon Cyril Dion, co-fondateur du Mouvement Colibris (avec Pierre Rabhi) et du magazine Kaizen, lui a parlé d'une étude qui annonçait une possible disparition d'une partie de l'humanité d'ici 2100.

Pensant à leur enfant qui va naître, et inquiets que les personnes ne se mobilisent pas davantage, tant les visions cataclysmiques et culpabilisantes ne fonctionnent pas, ils se sont demandé : « Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? » 

Ils ont eu l'idée de réaliser un film, et ont reçu l'offre de le diffuser au Sommet mondial de l'environnement fin 2015 où des millions de personnes pourraient le voir. Le film n'était pas encore commencé, il fallait faire vite. Ils ont fait appel au public. Plus de 10 000 personnes ont participé au financement sur la plateforme Kiss Kiss Bank Bank. Ils ont reçu plus du double du montant souhaité en seulement quelques jours. Cela voulait donc dire que le public était réceptif. Sorti en salle en Europe en décembre dernier, le documentaire Demain a été vu par plus d'un million de personnes en France seulement et a remporté le prix du meilleur documentaire au César 2016. Il est maintenant distribué dans 50 pays !

Oublié le sentiment d'impuissance causé par l'accumulation des problèmes et des mauvaises nouvelles : réchauffement climatique, épuisement des ressources, surconsommation, surpopulation...  enfin des personnes qui agissent simplement pour solutionner les problèmes dans leur localité. Ils créent des jardins communautaires, des coopératives, des fermes urbaines, des monnaies locales, ils construisent des maisons autonomes en énergie et invente une démocratie participative et un enseignement où l'entraide et le respect priment. Eh oui, c'est possible, ils le font. Et on peut le faire aussi !

Quand Cyril Dion fonde l'ONG Colibris en 2007, il n'a qu'un but : faire sa part. D'où le nom de son mouvement, tiré d'une légende amérindienne selon laquelle des animaux, pris dans la tourmente d'un feu de forêt, se réfugient au bord d'un cours d'eau, paralysés par leur situation intenable. Parmi eux, un colibri s'agite, fait l'aller-retour entre le feu et la source d'eau. Il tente d'éteindre les flammes, une goutte à la fois. Les autres animaux le découragent : « ce que tu fais ne sert à rien, le feu est trop gros ». Et le colibri de répondre : « je fais ma part ».

Alors que l’humanité est menacée par l’effondrement des écosystèmes, Cyril, Mélanie, Alexandre, Laurent, Raphäel et Antoine, tous trentenaires, partent explorer le monde en quête de solutions capables de sauver leurs enfants et, à travers eux, la nouvelle génération.
À partir des expériences abouties dans tous les domaines (agriculture, énergie, habitat, économie, éducation, démocratie...), ils vont tenter de reconstituer le puzzle qui permettra de construire une autre histoire de l’avenir.

Un film à voir et à revoir. Je terminerai sur les propos du Britannique Rob Hopkins, un professeur de permaculture qui a lancé le mouvement Villes en transition à Totnes, dans le sud de l'Angleterre, pour sensibiliser ses habitants au problème du pic pétrolier et organiser, sur place, un basculement dans une autre ère énergétique et économique.

Nous passons notre temps à faire des films où nous sommes éradiqués par des zombies, des bombes nucléaires, des épidémies, des robots, des extraterrestres, de petits gremlins… Nous adorons ça ! Mais où sont les films qui parlent du contraire ? Ceux où nous nous rassemblons et où nous résolvons les problèmes ? Nous n’en avons pas vraiment… L’être humain est tellement ingénieux, tellement créatif. Nous pourrions faire des choses extraordinaires, mais pour ça nous avons besoin de nous raconter ces histoires. Avoir une vision, raconter une histoire, c’est comme de jeter devant soi un tourbillon qui vous entraîne...
— Rob Hopkins

Vous savez à quel point les histoires sont importantes. Le film en raconte plusieurs qui sont une preuve indéniable qu'on peut encore changer les choses si on fait notre part. Les conférenciers du Forum créatif de Ville nourricière à Sherbrooke poursuivront le mouvement avec d'autres histoires...  et pendant le Forum ouvert, il y aura de nouvelles idées qui émergeront. Les villes doivent se transformer non seulement en villes intelligentes, mais aussi en villes sensibles et vivantes. Sans l'engagement de ses citoyens, une ville ne peut pas faire grand-chose. Mais avec la part de tous, des bouts d'utopie deviennent réalité.

Les hackathons et les forums créatifs sont de bons endroits pour se faire des amis : Hackers, rêveurs, jardiniers, chercheurs, entrepreneurs, citoyens... venez changer le monde avec nous dimanche le 7 août à Sherbrooke.

Lire aussi le billet Un dimanche après-midi...

Et pour acheter votre billet pour le Forum créatif.