LAB SOCIÉTAL
À CIEL OUVERT !

Les Cahiers de l'imaginaire sont désormais à moitié belges grâce à nos associés Éric Lardinois et Magalie Meyer d'ID Solutions.


Magalie meyer et éric lardinois devant le musée de la photographie à charleroi.

Magalie meyer et éric lardinois devant le musée de la photographie à charleroi.

Soudés par une vieille amitié, des valeurs similaires et un désir d'avancer vers une société créative et convivialiste... l'union fait notre force.

Photo prise à la boutique du mUsée de la photographie à charleroi.

Photo prise à la boutique du mUsée de la photographie à charleroi.

Il n'y a pas que le chocolat, la bande dessinée et l'humour décalée juste 'parfait' des Belges... il y a cette spontanéité et cet esprit convivial qui nous plaisent tant. Et, bien sûr, leur créativité illimitée!

Magalie meyer à la station de métro janson.

Magalie meyer à la station de métro janson.

Magalie a toute les qualités : intelligences émotionnelle et intellectuelle, agilité, écoute, générosité... travailler avec elle est un plaisir qui se renouvelle chaque jour.

éric lardinois

éric lardinois

Fondateur d'ID Solutions et de l'École de créativité CRÉA, Eric est le sage entre tous ! Patient, optimiste, inspirant... il sait soutenir tout groupe qui souhaite créer et innover. Sa formation d'ingénieur et de docteur en science de l'éducation (spécialité jeu) en font un conseiller et formateur pointu pour les apprentissages de la créativité en entreprises. Concepteur de plusieurs méthodes de créativité et de jeux de formation pour adultes, Eric enseigne dans différentes universités et hautes écoles en Belgique, en France et en Suisse.

photo : Magalie meyer. Éric lardinois et philippe chèvremont avant d'aller découvrir la station de métro Janson où la bande dessinée est à l'honneur. Charleroi oblige !

photo : Magalie meyer.
Éric lardinois et philippe chèvremont avant d'aller découvrir la station de métro Janson où la bande dessinée est à l'honneur. Charleroi oblige !

Les partenaires avec qui nous unissons nos énergies : le Groupe Héraclès, représenté par Philippe Chèvremont et Marc Dewulf, deux passionnés de la région du Sud-Hainault dont la vocation est d'aider les entrepreneurs carolos à réussir leurs projets.

philippe chèvremont, directeur du groupe héraclès (au premier plan) — Éric lardinois et Magalie meyer sont en pleine action de création dans le métro.

philippe chèvremont, directeur du groupe héraclès (au premier plan) — Éric lardinois et Magalie meyer sont en pleine action de création dans le métro.

Philippe aimerait que tout le monde ait au moins une très bonne raison de venir découvrir Charleroi. La station de métro Janson avec ses bandes dessinées en est déjà une ! Les personnages légendaires s'y cotoient comme si on était dans un musée de la bd.

Marc Dewulf, chef de projets, Groupe Heracles 

Marc Dewulf, chef de projets, Groupe Heracles 

En Wallonie, on pense que si chaque citoyen est créatif, le pays s'en sortira.

Partant de cette hypothèse, Creative Wallonia a invité les villes wallonnes à répondre à un appel à candidatures pour la création d'un «Creative Hubs».

Nous avons aidé Charleroi à répondre à cette invitation. Imaginez notre enthousiasme lorsque la proposition —avant-gardiste et créative— a été retenue !

Mais des mots sur papier sont peu de choses. Tout reste encore à être imaginé collectivement! Rêver et faire rêver est le premier jalon d'une véritable démarche.

À l'invitation de Philippe et de Marc, des acteurs se mobilisent pour contribuer à l'élan créatif de leur ville.

Anne-sophie prévost

Anne-sophie prévost

Anne-Sophie Prévost souhaite «que les Carolos soient fiers de leur ville, qu'ils n'aient pas à se justifier d'une mauvaise situation, mais puissent au contraire dire haut et fort qu'ils contribuent à son dynamisme et à son attractivité.»

Bérengère fally

Bérengère fally

Bérengère Fally va dans le même sens. Elle aspire à «voir les forces vives du Grand Charleroi collaborer et mettre en œuvre un projet de ville avec un modèle économique et social basé sur le partage où chacun, de par sa contribution, se sentirait impliqué, valorisé et surtout fier de sa ville.»

Le mot 'fierté' revient souvent chez les uns et les autres. Marc Dewulf aussi tient les mêmes propos : «Que les gens qui y habitent et y travaillent se sentent fiers et heureux et que cette région reçoive de l’extérieur la considération qu’elle mérite vraiment!»

Frérérique Margraff

Frérérique Margraff

Frédérique Margraff renchérit en souhaitant «une expansion et une mise en évidence de son potentiel créatif à travers le hub. Il y a beaucoup de talent, de créativité et d'innovation à Charleroi.»

Robert viseur

Robert viseur

«Et il n'y a aucunes raisons pour que les entreprises n'aient pas envie de relocaliser leurs opérations à Charleroi, » selon Robert Viseur.

Michèle vos et aurore deboom

Michèle vos et aurore deboom

MIchèle Vos et Aurore Deboom partagent ces avis. Elles imaginent Charlerloi, «belle, active, lumineuse et rayonnante. 

Voilà pour le petit noyau de transformation positive. Ils souhaitent tous allumer le feu pour que le rêve et la réflexion s'élargissent aux entrepreneurs et aux citoyens de tous âges et tous milieux pour que commence une véritable co-construction.

Le début de l'aventure tient en trois mots : Intelligence collective et créativité.
Première consige :
Lâcher-prise.

Même si nous aimons être en contrôle, la raison n'est pas toujours la meilleure conseillère lorsqu'il s'agit de créativité. Il faut plutôt apprendre à se détendre et à regarder autour de soi pour puiser de l'inspiration dans ce qui nous entoure.

Photo : Robert Viseur

Photo : Robert Viseur

Il est désormais prouvé que la motivation intrinsèque (la passion que nous ressentons et qui nous poussent à relever des défis) est la seule qui fonctionne vraiment. La motivation extrinsèque (le bâton et la carotte) ne donne que des résultats mitigés. Le plaisir d'accomplir ne s'achète pas. C'est même plutôt le contraire, ces tactiques courantes dans les pratiques managériales du XXe siècle dissuadent et contribuent plutôt à démotiver! (1)

Aurore Deboom observe les signes dans les rues de Charleroi

Aurore Deboom observe les signes dans les rues de Charleroi

Toute démarche d'Intelligence collective qui ne part des motivations intrinsèques de chacun pour permettre une véritable contribution a peu de chance de réussir. Il faut créer une cohérence — expressions de cohésion/affinités dans la diversité des personnalités et des idées de chacun. Défi considérable qui ne peut être relevé qu'à l'aide d'une vision et de valeurs partagée. C'est la deuxième consigne !

Ce qui rend ce que l'on voit encore plus intéressant, c'est le partage de ce qui a attiré notre attention. Qu'évoque ce détail? Et qu'en pense l'autre?

Photo : frédérique margraff

Photo : frédérique margraff

Quelle émotion suscite un signe sur le mur? Que cache cet humour? Pourquoi cette affiche?

Photo : frédérique margraff

Photo : frédérique margraff

Quelle détresse renvoie cette image? Quelle histoire de vie imagine-t-on derrière ce carreau? La vie dans une ville se vit d'abord dans l'intime.

Comme le travail collectif doit se vivre dans le respect des singularités. C'est la troisième consigne !

IMG_3135.JPG

Pour encourager cette réussite collective, nous devons revoir nos façons d'apprendre, de travailler et de collaborer afin que créativité, liberté et responsabilités soient comme les pas d'une même danse.

Quatrième consigne : Toujous mettre le client ou l'usager au cœur de tout service, tout produit à développer ou problème à résoudre.

L'empathie est une valeur clé que nous devons incarner dans tous nos gestes quotidiens si nous souhaitons faire de la co-création.

Mais la pratique de l'empathie n'est pas une chose simple. Elle exige une introspection de la part de chaque participant, sachant qu'il n'est pas toujours facile pour nos egos de se mettre à la place de l'autre pour essayer de mieux le comprendre.

Cela signifie de prendre le temps de l'écouter, de l'observer, de lui poser des questions. Se taire soi pour entendre l'autre.

Philippe chèvremont poursuit sa réflexion dans le métro. Après l'obscurité des tunnels, enfin la lumière !

Philippe chèvremont poursuit sa réflexion dans le métro. Après l'obscurité des tunnels, enfin la lumière !

Cette approche exige aussi que chacun se réserve des temps de réflexion. Ne pas toujours être en réaction... mais plutôt en observation/anticipation.

Dans le mouvement accéléré du monde, prendre le temps de réfléchir exige de la discipline. Aux État-Unis, le courant TTT (Time To Think) fait de plus en plus d'adeptes.

de l'autre côté du mur avec Éric Lardinois au Musée du verre.

de l'autre côté du mur avec Éric Lardinois au Musée du verre.

Cette approche impacte nos manières de travailler. Avancer avec le mouvement du monde en redevenant plus nomades pour être plus concentrés lorsque nous nous arrêtons pour mieux respirer, mieux penser, mieux rêver afin de co-inventer un avenir que nous souhaitons meilleur pour le plus grand nombre.

Magalie Meyer

Magalie Meyer

Cela exige aussi de réiventer nos manières de communiquer. L'histoire n'est plus écrite par un seul, mais elle est est co-écrite et se partage avec le souci de se projeter ensemble plus loin dans une réalité immersive et positive grâce à tous les outils numériques et les objets connectés qui le permetttent.

Notre hypothèse : Si la maïeutique prend entre des personnes qui partagent une vision et des valeurs... Si les équipes possèdent:

  1. Le talent (les abilités intellectuelles, créatrices et pratiques),
  2. La connaissance/l'expertise sur les sujets à traiter et sur les méthodologie et outils numériques requis pour être efficaces,
  3. La personnalité, l'empathie et la réactivité (des personnes qui se complètent et s'entraident pour s'améliorer),
  4. La motivation personnelle (intrinsèque).
  5. Un environnement qui soutient (ressources et encouragements) les personnes motivées. (2)

Le résultat d'une approche d'intelligence collective donnera des résultats spectaculaires.

 

Charleroi devient donc un laboratoire à ciel ouvert. Ce post est une invitations à tous ceux intéressés à cette expérimentation à y contribuer d'une manière ou d'une autre.

(1) Pink D.H., Drive: The Surprising Truth About What Motivates Us, 2011, FSC Mixed Sources
(2) Sternberg R.J., O'hara L.A., Todd I..L., Creativity as Investment, 1977, California Management Review