Composition 1 — FAIS MOINS LE MALIN !

Premier voyage | Namur | Belgique | Novembre 2013
Titre de la composition | Fais moins le malin !


PARIS. Petit matin pluvieux de novembre. La ville, encore endormie, se réveille tout doucement. Les talons résonnent sur les pavés, ponctuations sonores auxquelles je m’associe. Il fait encore nuit J’accélère, tout en veillant à ne pas glisser. Dans mon sac, il y a le premier Ballon de l’œuvre convivialiste. Elle a déjà fait le voyage, la veille, depuis Saint-Malo dans un train et un métro bondés.

La journée commence bizarrement. Je me suis trompée de métro. Course folle pour trouver un taxi, portant toujours mes sacs avec soin : ordi, documents et surtout Ballon. J’attrape le train pour Bruxelles de justesse. À bout de souffle, je fais une entrée tapageuse. Heureusement, les passagers sont sympas et souriants.  L’essentiel, c’est l’Éprouvette. Bien protégée dans une pochette tissée soigneusement par des femmes Karen qui luttent pour sortir leur tribu de la précarité dans le nord de la Thaïlande, elle est toujours intacte !

Photo : Pierre Guité

Photo : Pierre Guité

À la Gare du Nord, je devais retrouver Pierre Goirand. Sa profession est d'aider les personnes à travailler ensemble. À l’invitation d’Éric Lardinois, il doit animer un Wolrd Café à Namur pour un événement orchestré par ID Solution pour le BEP. Étonnant hasard, Pierre est assis un siège devant moi ! Il a donc assisté aux péripéties de mon arrivée…  Voilà qui promet ! On fait connaissance joyeusement. Le sac contenant l'Éprouvette est sur mes genoux… tout va bien.

À Bruxelles, Pierre s’élance à toute vitesse pour attraper le train pour Namur. Je cours derrière lui... mes sacs à la main. Décidément, l’Éprouvette vit dangereusement. À nouveau à bout de souffle, nous voici dans le train. Les Belges sont toujours aussi sympas. C'est très plaisant de croiser des visages souriants.

De gauche à droite : Éric Lardinois d'ID Solution, Nathalie  Van Goey et Émilie  Pierret, coaches au BEP et Gilles Bazelaire de Dogstudio à Namur.Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz

De gauche à droite : Éric Lardinois d'ID Solution, Nathalie  Van Goey et Émilie  Pierret, coaches au BEP et Gilles Bazelaire de Dogstudio à Namur.Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz

À Namur, on retrouve Éric, l’inspirateur de cette journée namuroise, celui qui nous a invité Pierre Goirand, Guy Veny (coach en développement personnel et expert en sociocratie), Fanny Godard (consultante d’ID Solution en France) et moi à intervenir avec lui auprès de son client et de ses membres. Le BEP vise à inscrire Namur dans une dynamique de développement durable, génératrice d’activités et d’emplois, respectueuse de la dimension humaine, et dont les lignes de force sont la valorisation des ressources existantes, l’amélioration du cadre de vie et l’intégration des nouveaux enjeux énergétiques. Une équipe fort sympathique et très engagée pour aider les entreprises à innover de manière positive.

Ils ont la chance de travailler avec Éric Lardinois, un ami de longue date qui enseigne la créativité dans plusieurs universités à Paris, en Belgique et en Suisse et qui est un excellent coach en management de l’innovation (ID Solution). Tous ceux qui le connaissent s'entendent pour dire qu'Éric est un être humain hors du commun.

Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz

Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz

Je reviens au Ballon qui vient enfin d'arriver à destination : le Domaine d'Achêne. Il sera confié aux participants de mon atelier. Le groupe est constitué de représentants de petites entreprises et de coaches du BEP. 

François Bouchat, conseiller au BEP, Manuéline Caseau de With In, Philippe Fondu de Brainbox do-it-yourself et Nadia Migeotte d'Imagi-Nations.  Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz

François Bouchat, conseiller au BEP, Manuéline Caseau de With In, Philippe Fondu de Brainbox do-it-yourself et Nadia Migeotte d'Imagi-Nations.  Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz

L'objectif est simple : Co-innover pour co-construire son management et ce, même dans une petite structure. Il s'agit de prendre conscience que dans une société du mieux vivre, les problèmes des autres sont aussi nos problèmes. Dans la théorie de l'évolution, Darwin l'explique bien. La coopération est ce qui permet aux espèces de survivre. La méthode retenue est celle du Living Lab. Les participants sont invités à jouer en empruntant le rôle du client, celui du chercheur et celui du porteur de projet.

Delphine Marot, conseillère au BEP, Gaëtan Libertiaux de Suberbe Interactive et Philippe Fondu de la société Brainbox. Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz. 

Delphine Marot, conseillère au BEP, Gaëtan Libertiaux de Suberbe Interactive et Philippe Fondu de la société Brainbox.
Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz. 

Les discussions font émerger de nouvelles idées, bien sûr, mais permettent surtout d'observer qu'une personne extérieure à la situation, ayant du recul face au problème, peut souvent proposer des solutions originales sans avoir une quelconque expertise du domaine. Ces personnes apportent un regard neuf.

La deuxième observation est liée au plaisir. Pour un groupe, il est stimulant de se pencher collectivement sur un problème. Cela favorise la créativité et le développement des compétences.

Et finalement, la troisième observation est une constatation :  Il ne faut pas hésiter à demander de l'aide. La plupart des personnes se feront un plaisir de réfléchir avec nous. L'intelligence collective est le cœur et le moteur d'une société convivialiste… une simple question peut être la bougie d'allumage qui fera émerger une idée extraordinaire et des partenariats inattendus.

Jean-Yves Sener, directeur de MS-3 en discussion avec Rudy Lange de Pool Cover. Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz.

Jean-Yves Sener, directeur de MS-3 en discussion avec Rudy Lange de Pool Cover.
Photo : Laura Latour et Sophie Schmitz.

Dans les processus d'Intelligence collective, il est porteur de nourrir les fertilisations croisées. En plus de se sentir utiles, ceux qui aident les autres dans un domaine qui n'est pas le leur peuvent aussi y puiser de l'inspiration pour leur propre entreprise. Tout est une question de connexions. Il faut multiplier les rencontres fertiles et créatives entre des personnes qui n'auraient pas collaboré naturellement. Rien de tel qu'un problème à résoudre pour mobiliser toutes les formes d'intelligence et créer des complicités. Il est primordial d'éviter l'isolement… nous avons tous besoin des autres.

5-WorldCafé (43).JPG

Ces attitudes encouragées en entreprises peuvent transformer la façon dont on y travaille. Parmi les entrepreneurs aidés par Éric Lardinois, Bénédicte Baurain de l'entreprise BIV Team a partagé un témoignage intéressant. Le jour de l'anniversaire de son fils, elle a demandé aux enfants de dessiner une entreprise. Le troisième dessin est celui de son fils Romain. Un dessin révélateur de la perception que Romain a de l'entreprise de sa maman.

Le dessin de Martin.

Le dessin de Martin.

Le dessin de Tom.

Le dessin de Tom.

Et le dessin de Romain

Et le dessin de Romain

 

C'est dans ce contexte, en guise de conclusion de l'atelier que le premier Ballon de l'œuvre convivialiste a été créé un soir de novembre à Namur.

Photo : Pierre Guité

Photo : Pierre Guité

La composition est signée Alain, Delphine, Gaëtan, Gilles, Jean-Yves, Manuéline, Emilie, Nadia, Nathalie, Philippe et Rudy. Et dans le titre, tout l’humour belge : « Fais moins le malin ! »

Photo : Pierre Guité

Photo : Pierre Guité

Un titre qui illustre que  l'intelligence collective — pour donner ses fruits — exige un travail personnel sur l'ego. Apprendre l'humilité est clé pour qu'ensemble nous réussissions à passer d'un ego-système à un eco-système. Il va de soi que tout ce travail nécessitera rigueur, détermination et discipline. Il n'empêche qu'il est plus agréable de côtoyer des personnes qui ne se prennent pas trop au sérieux… entreprendre à plusieurs devient alors synonyme de réjouissance et d'évolution.

Nos amis belges ont réussi à transmettre tous ces messages dans la première bouteille à la mer.

Photo : Pierre Guité

Photo : Pierre Guité

Merci aux créateurs de cette première composition. Le voyage de retour s'est déroulé sans ambages. Le Ballon # 1 est la première pierre à l'édifice de verre pour la co-construction d'une civilisation convivialiste.

Ne reste qu'à souhaiter que l'expression Fais moins le malin !  devienne aussi célèbre pour le Convivialisme belge du XXIe siècle que le Ceci n'est pas une pipe de René Magritte l'a été pour le Surréalisme belge au XXe siècle !