Bouteilles à la mer — la genèse.

C'est Estelle Baures, responsable de l'unité de mesures essais terrains (MET) au laboratoire d'étude et de recherche en environnement et santé (LERES) de l'Ecole des Hautes Études en santé publique (EHESP) qui m'a parlé de la verrerie dont le laboratoire n'avait plus usage.

Estelle Baures du Laboratoire d'étude et de recherche en environnement et santé (LERES) de l'Ecole des Hautes Études en santé publique (EHESP).

Estelle Baures du Laboratoire d'étude et de recherche en environnement et santé (LERES) de l'Ecole des Hautes Études en santé publique (EHESP).

En tant qu'ancienne auditrice du Collège des hautes études du développement durable de Bretagne, Estelle avait participé à la co-création de la Boule à rêves II, création collective créée par les auditeurs pour Les Cahiers de l'imaginaire en 2012.

Des éprouvettes ayant servi à mesurer la qualité du sol, de l'air et de l'eau représentaient le symbole idéal pour le projet que j'avais dans mes cartons. Venant tout juste de co-signer le Manifeste convivialiste, une déclaration d'interdépendance, je réfléchissais à une œuvre collective et convivialiste qui contribuerait à mobiliser un très grand nombre d'artistes et de citoyens pour co-rêver ce nouveau mouvement.

Photo Pierre Guité

Photo Pierre Guité

L'idée de donner une deuxième vie 'artistique' à cette verrerie qui avait déjà à son actif une longue vie 'scientifique' et 'technique' ne pouvait que nous plaire. Que les éléments du mobile à créer soient le symbole de la mesure de notre impact environnemental au cours des dernières décennies est une chance extraordinaire.

Ainsi, pendant tout le processus artistique, nous aurons un rappel constant de l'importance de réinventer nos façons d'imaginer, de créer et de construire pour réduire définitivement nos empreintes environnementales devenues inacceptables pour la santé publique des générations futures et la biodiversité.

Protéger l'environnement devrait être une seconde nature pour chacun d'entre nous. Le processus très en amont pour y arriver selon l'hypothèse des Cahiers de l'imaginaire : des rêves éveillés partagés qui permettront de nous projeter collectivement dans un monde convivialiste où nous apprendrons à mieux vivre les uns avec les autres en respectant la nature qui nous entoure.

C'est donc avec beaucoup d'enthousiasme que nous démarrons ce nouveau projet artistique à forte charge symbolique. Nous remercions le laboratoire d'étude et de recherche en environnement et santé (LERES) de l'Ecole des Hautes Études en santé publique (EHESP) de nous offrir cette verrerie qui deviendra le socle délicat, fragile et transparent de cette grande œuvre collective et convivialiste qui portera nos rêves.

Une œuvre collective qui, nous espérons, entraînera le plus grand nombre de personnes possible, créateurs de tous âges et de toutes origines, à co-rêver et co-réfléchir à quoi pourrait ressembler une civilisation du mieux-vivre ensemble…  un monde plus juste, plus équitable, plus responsable, plus convivial.

Dans ce blog, vous pourrez voir le projet évoluer au fur et à mesure qu'une éprouvette sera ajoutée à notre mobile… vous pourrez y contribuer et le commenter.

De nombreux partenaires s'ajouteront au projet… n'hésitez pas à communiquer avec nous si vous souhaitez y participer d'une manière ou d'une autre.

La première éprouvette a été créée le 21 novembre 2013 à Namur en Belgique, ce sera le sujet de notre prochain reportage.