Satoshi Nakamoto sort de l'ombre ?

Impossible de parler de la Blockchain sans parler du Bitcoin et de son inventeur, Satoshi Nakamoto. Excédé par la crise financière de 2008, un certain Satoshi Nakamato publie un livre blanc intitulé Bitcoin: A peer-to-peer Electronic Cash System. Nul ne sait qui est ce Satoshi, ni l'endroit où il vit. Le mystère entourant son identité a toutes les caractéristiques d'un bon thriller. Le génie a développé une technologie qui change le monde, mais il ne recherche pas la gloire ! La réaction des geeks et du public ne se fait pas attendre. En 2009, l'apparition officielle du Bitcoin, un système d'échange mondial de monnaie entre pairs, basé sur la technologie blockchain nous fait basculer dans un autre paradigme.

Tous les rouages d'un bon roman sont réunis. Satoshi Nakamato devient même fabuleusement riche sur le chemin sans que personne ne sache qui il est. La première fois que Bitcoin a été dévoilé par Nakamoto, c'était sur une obscure liste de diffusion Internet (un simple courriel) il y a huit ans. Aujourd'hui, les Bitcoins et leur créateur fascinent le monde entier !

La monnaie virtuelle décentralisée, indépendante et pratiquement imperméable à la fraude ou au vol et sans frais de transactions, promet de libérer de l'argent de la même manière qu'Internet le fait avec de l'information libre. La technologie est largement acceptée comme brillante : La valeur de tous les Bitcoins en circulation totalise maintenant plus de 5 milliards de $, et la technologie Blockchain qui les sauvegardent est étudiée par toutes les grandes banques.

Bitcoin est désormais entré dans l'imaginaire populaire. Il y a trois ans, des gens ont investi des milliers d'heures pour démasquer son créateur. La frénésie a atteint un sommet en 2014, lorsque Newsweek a annoncé avoir démasqué un Américain japonais âgé de 64 ans, Dorian Nakamoto — même nom de famille que Satoshi — cela a abouti à une poursuite en voiture le long d'une autoroute californienne d'un homme qui n'avait aucun lien avec cette histoire.

Dès les premiers jours du Bitcoin, celui qui a créé la technologie Blockchain, n'avait clairement pas l'intention de devenir un personnage public — en dépit de la promesse de gloire et de reconnaissance instantanées. En 2011, Satoshi s'est tu définitivement. Plus de fréquents messages sur les forums, plus de courriels... dans son dernier message connu, le développeur du Bitcoin a écrit qu'il était passé à autre chose.

Comme l'écrit Adrian Chen dans le New Yorker aujourd'hui, la recherche de Nakamoto a une teinte d'ironie : À l'âge de la transparence et de l'accès à Internet où l'on trouve toutes les connaissances du monde, l'histoire de Satoshi Nakamoto est empreinte de mystères comme les anciennes histoires légendaires. Satoshi Nakamoto est devenu un mythe.

Nouveau rebondissement, il y a quelques jours à peine. L'énigme serait-elle en voie d'être résolue si on en croit l'informaticien australien, Craig Wright, âgé de 46 ans, qui prétend être Satoshi.

Wright a présenté sa preuve apparente à la BBC, The Economist et GQ, et à deux experts - scientifique en chef de la Fondation Bitcoin Gavin Andresen et Jon Matonis, directeur fondateur.

Quelques jours à peine après cette annonce, l'enfer numérique s'est déchaîné. La communauté des Bitcoins est une ruche de geeks intensément opiniâtres. Ils ont commencé à remettre en question les preuves que Wright a fournies. Au milieu du torrent de scepticisme, un chercheur en sécurité respecté a étiqueté tout cela d'une "arnaque". Depuis, Craig Wright a disparu sans tenir sa promesse de fournir une « preuve extraordinaire » de son identité. Il a supprimé son blog et l'a remplacé par des excuses, disant : « Je n'ai pas le courage de continuer à essayer de prouver mon cas. » Une décision définitive sur l'identité de Nakamoto est donc toujours d'actualité... le suspense se maintient.

Au milieu de la frénésie qui a entouré la saga Wright plusieurs se sont demandé pourquoi est-ce si important de connaître l'identité de Satoshi ? Un entrepreneur du Bitcoin, Jason Weinstein Slate, a déclaré : « Chaque jour, les gens communiquent, socialisent, obtiennent des informations, transigent de l'argent et effectuent des transactions d'affaires sur Internet en utilisant des protocoles sans savoir comment ils ont été programmés ni qui les a créés. »

En enquêtant sur les dessous d'un inventeur, nous espérons apprendre quelque chose sur l'innovation. Mais pour les fidèles du Bitcoin, la recherche de Nakamoto ne peut rien ajouter à sa valeur. L'innovation principale du Bitcoin est la décentralisation ; ses opérations sont supervisées par un réseau distribué d'ordinateurs, ce qui signifie théoriquement qu'il n'y a pas d'autorité centrale, comme les banques ou les gouvernements, pour le contrôler. La recherche de Nakamoto saperait le principe anti-autoritaire de Bitcoin selon certains. Andreas Antonopoulos, un entrepreneur connu du Bitcoin, a publié un post sur Reddit expliquant pourquoi il a refusé de rencontrer Wright. Pour lui, la recherche de l'identité et de l'autorité sont des distractions d'un système de preuves mathématiques qui ne nécessite pas la confiance. Bitcoin est un cadre neutre de confiance qui peut apporter l'autonomisation financière à des milliards de personnes. Il fonctionne justement parce qu'il ne dépend d'aucune autorité. Pas même de celle de Satoshi. Mais l'idée que l'identité de Nakamoto soit dénuée de pertinence est un vœu pieux selon le journaliste du New Yorker. De toute évidence, l'identité de Nakamoto est importante parce que la valeur des Bitcoins qu'il contrôle est estimée à 448 millions de dollars ce qui, si elle était dévaluée rapidement, pourrait sérieusement faire baisser la valeur de la monnaie, notoirement volatile.

Le vrai Nakamoto pourrait donc avoir un impact plus fondamental aussi bien comme l'a souligné The Economist dans cette guerre qui a éclaté entre les développeurs du Bitcoin sur la façon de faire face à une augmentation du volume des transactions dans le réseau Bitcoin. Le réseau traite des transactions par lots appelés "blocs". Comme le nombre de blocs a augmenté, le réseau est devenu en danger d'être surchargé. D'un côté, un groupe souhaiterait changer le code de Bitcoin pour augmenter la taille de bloc et permettre au système de traiter les transactions plus rapidement. De l'autre côté, un groupe voit cela comme une trahison de l'intégrité du code d'origine, faisant valoir qu'un changement conduirait à une plus grande centralisation dans le système et les problèmes qui en découlent.

Wright a dit à The Economist qu'il soutient une augmentation de la taille des blocs. Les deux initiés du Bitcoin, l'ancien développeur de bitcoin Gavin Andresen et l'ancien directeur de la fondation, Jon Matonis, ont annoncé publiquement leur soutien à la demande de Wright.

Dans ce contexte, la lutte sur Nakamoto ressemble plus à la bousculade de courtisans d'installer un héritier sympathique sur le trône, rappelle Adrian Chen, qu'une analyse objective de la preuve cryptographique. Suggérant qu'il n'est pas important de savoir qui a créé le Bitcoin parce qu'aucune autorité le contrôle occulte la lutte politique qui se cache derrière ce débat. L'humain reste humain ! Si quelqu'un pouvait prouver qu'il ou elle est Nakamoto, cette personne pourrait exercer une grande influence dans les controverses qui entourent l'avenir du Bitcoin.

Une histoire à suivre jusqu'aux prochains rebondissements... finirons-nous par savoir qui est Satoshi Nakamoto ?
 


Sources :
CHEN Adrian, New Yorker, May 9, 2016
http://www.newyorker.com/business/currency/we-need-to-know-who-satoshi-nakamoto-is

TITCOMB James, The Telegraph, May 8, 2016

http://www.telegraph.co.uk/technology/2016/05/08/satoshi-nakamoto-whoever-that-is-will-not-rescue-bitcoin/