Éloge de la fadeur

On croira d’abord au paradoxe : faire l’éloge de la fadeur, priser l’insipidité et non point la saveur, c’est aller à l’encontre de notre jugement le plus immédiat. Prendre plaisir à malmener le sens commun. Or, dans la culture chinoise, la fadeur est reconnue comme qualité. Plus encore : comme la qualité, celle du « centre », de la « base ». Le motif est important déjà dans la pensée de l’Antiquité, qu’il s’agisse de dresser le portrait du Sage ou d’évoquer la Voie. De là, il a fécondé la tradition esthétique des Chinois : non seulement parce que les arts qui se développent en Chine bénéficient d’une telle intuition, mais aussi parce qu’ils peuvent rendre plus sensible cette insipidité fondamentale – ils ont donc mission de la révéler : à travers le son, le poème, la peinture, la fadeur devient expérience.

Pour acheter le  livre :
En Europe : Amazon.fr
Au Canada  Amazon.ca