Ordres et désordres

Enfin libérée des catéchismes idéologiques, émancipée de tous les dogmes simplificateurs, à quelques années de l'an 2000, une pensée neuve se cherche. Un nouveau paradigme que des auteurs, ici et là, s'efforcent d'articuler. Il s'agit tout à la fois d'échapper aux réductionnismes d'avant-hier, de refonder l'autonomie de l'homme sur l'échec des vieux déterminismes, de bâtir un pont entre deux cultures - " scientifique " et " littéraire " - dont le divorce, sans cesse aggravé, n'est ni acceptable ni inéluctable. Il s'agit en bref d'apprendre à " penser la complexité ". Encore inconnus du grand public, et chacun dans son domaine, des chercheurs s'emploient à baliser ces nouvelles routes. Des concepts souvent mal compris circulent déjà d'une discipline à l'autre : " hasard organisateur ", " auto-organisation ", " ordre par le bruit ", " système autoréférentiel ", etc. Une connaissance commune s'élabore lentement, une nouvelle intelligibilité du monde. Laquelle ? Qu'y a-t-il de commun entre les découvertes d'un Henri Atlan et celles de Francisco Varela, René Girard, Cornélius Castoriadis, Edgar Morin, Heinz von Foerster, Ivan Illich ? C'est à cette question que répond ici Jean-Pierre Dupuy au terme d'une quête poursuivie passionnément pendant des années et dont il rend compte avec une exceptionnelle clarté. Ce livre est une initiation à la " scienza nuova " de demain, un manuel d'exploration intellectuelle, le témoignage d'un lecteur infatigable et vigilant. 

Pour acheter le  livre :
En Europe: Amazon.fr
Au Canada:  Amazon.ca

Polytechnicien et ingénieur des mines, Jean-Pierre Dupuy est professeur de français et chercheur au Centre d'Étude du Langage et de l'Information (CSLI) de l'Université Stanford en Californie. Il a aussi enseigné la philosophie sociale et politique et l'éthique des sciences et techniques jusqu'en 2006 à l'École polytechnique à Paris. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et un co-signataire du Manifeste convivialiste (2013) tout comme le directeur de la collection, Jean-Claude Guillebaud.

Voir le site des convivialistes