LEONARD COHEN

Comme plusieurs d'entre vous, j'ai aimé ce poète et romancier canadien qui a abandonné une carrière littéraire prometteuse pour devenir l'un des auteurs-compositeurs les plus célèbres de son temps. Il nous a quittés à 82 ans.

Selon le New York Times, « Adam Cohen, son fils et producteur, a déclaré: « Mon père est décédé paisiblement dans sa maison de Los Angeles, sachant qu'il avait terminé ce qu'il estimait être l'un de ses meilleurs disques. Il a écrit jusqu'à ses derniers moments avec son humour unique. »

Au cours d'une carrière musicale qui a duré près de cinq décennies, il termine avec un opus remarquable, son dernier album You Want It Darker est disponible en streaming en ligne gratuitement pour une durée limitée grâce au premier site d'écoute de NPR.

You want it darker fait déjà l'objet de critiques dithyrambiques de la part des critiques musicaux. C'est un magnifique cadeau que nous laisse cet immense poète. Il peint une vision du monde réaliste et sombre, un hymne poétique et spirituel avec sa profondeur habituelle et son humour incomparable. Le moment ne pouvait être mieux choisi pour cet hymne qui devrait nous porter pour la suite de la marche à surtout ne pas baisser les bras.


Source: Official lyrics printed in album booklet

You Want It Darker

Words by Leonard Cohen, Music by Patrick Leonard
If you are the dealer
I’m out of the game
If you are the healer
I’m broken and lame
If thine is the glory
Then mine must be the shame You want it darker
We kill the flame
Magnified and sanctified Be Thy Holy Name Vilified and crucified
In the human frame
A million candles burning For the help that never came You want it darker
We kill the flame
Hineni Hineni
I’m ready, my Lord
There’s a lover in the story But the story is still the same There’s an lullaby for suffering And a paradox to blame
But it’s written in the scriptures And it’s not some idle claim You want it darker
We kill the flame
They’re lining up the prisoners now The guards are taking aim
I struggled with some demons They were middle-class and tame Didn’t know I had permission
To murder and to maim You want it darker
We kill the flame
Hineni Hineni
I’m ready, my Lord
Magnified and sanctified Be Thy Holy Name Vilified and crucified
In the human frame
A million candles burning For the love that never came You want it darker
We kill the flame
If you are the dealer
I’m out of the game
If you are the healer
I’m broken and lame
If thine is the glory
Then mine must be the shame You want it darker
We kill the flame
Hineni Hineni
I’m ready, my Lord

Dans son article, le journaliste du New York Time, Larry Rother rappelle que : « Plus de 2000 enregistrements de ses chansons ont été réalisés, d'abord par les chanteurs folk-pop, comme Judy Collins et Tim Hardin, et plus tard par des interprètes de tout le spectre de la musique populaire, parmi eux U2 Aretha Franklin, REM, Jeff Buckley, Trisha Yearwood et Elton John... La chanson la plus connue de Leonard Cohen est probablement «Hallelujah», une ballade méditative imprégnée de religiosité et de terreur. Elle a été écrite pour un album 1984 que sa compagnie de disques a rejeté comme insuffisamment commerciale et qui a été popularisé une décennie plus tard par Jeff Buckley. Depuis, quelque 200 artistes, de Bob Dylan à Justin Timberlake, l'ont chanté ou enregistré. » 

Parions que ses dernières chansons le seront davantage encore.

 

Et maintenant... cette conférence où il explique d'où viennent ses chansons.

Et cette dernière interview réalisée en septembre 2016 avec David Remnick, The New Yorker. Leonard Cohen, un modèle pour finir sa vie en créant jusqu'à la toute dernière minute si la vie le permet.