guite_main_01_800_1200.jpg

Zèbre Moi : poème en prose de Sylvie Gendreau dont le texte épouse les courbes d'une encre représentant un zèbre dansant. 

"Jeu de rayures pour changer de monde. On saute d'une ligne à l'autre. Le danger est de se perdre dans l'infini des lignes. Pour l'esquiver, on trotte, on galope. Au loin, une terre imaginaire. Le premier arrivé accueille l'autre. Je zèbre mon regard pour une nouvelle vision. Ton corps n'est plus uni. Il se strie, il se raie. Il me plaît. Tes courbes s'accentuent. J'épouse tes virages. Tes rides s'expriment. Tes traits m'éblouissent. Lignes blanches sur peau noire ou lignes noires sur peau blanche ? Tu choisis. On intervertit les rôles. Fuir le réel. Courir les rêves. Retracer les confins d'un nouveau continent. Laisser les lignes de vie s'emmêler aux ombres des arbres. Danser avec la nature. Je suis le désir de la ligne. Je me laisse emporter par son mouvement. La ligne trace, avance, tourne, recule. Je cours vers toi dans un zigzag arrondi. Je suis mince, large… J'attire les curieux, je me perds dans les bois, j'échappe aux prédateurs, je t'attends. Viens. Zèbre moi."